Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Christophe BAUD BERTHIER »

 

Christophe BAUD BERTHIER (SP 1987) est Directeur de Paris et Adjoint du Directeur Régional Ile de France à la Banque de France.

Pouvez-vous me décrire votre parcours au sein de la Banque de France ?

Je travaille à la Banque de France depuis 22 ans. J’ai été successivement chargé de la mise en œuvre du dispositif de traitement des situations de surendettement des ménages, contrôleur d’établissement de crédit, analyste financier, macro-économiste et assumé des responsabilités de management de notre réseau. Je suis aujourd’hui, l’adjoint de la directrice régionale du réseau Ile de France.

Quelles sont les activités de la Banque de France ?

Intégrer la Banque de France, c’est pouvoir embrasser une très grande diversité de métiers avec toujours un fil rouge : être au cœur de l’économie et concourir à la stabilité financière, analyser et agir à la fois localement et globalement : dans les territoires (pour le réseau), au niveau européen (via le mécanisme unique de supervision, les détachements à la Banque Centrale Européenne et les travaux menés en lien avec elle),au niveau mondial (via les études et travaux économiques, monétaires, financiers sur les principales zones mondiales, l’élaboration de la balance des paiements, les détachements dans les organisations internationales : Commission Européenne, FMI, Banque Mondiale ou dans le réseau des Missions Economiques).

Les crises financières que nous avons traversé ses dernières années ont largement démontré combien les banques centrales étaient au centre du système économique et financier, qu’elles avaient joué un rôle de prêteur en dernier ressort et étaient un acteur majeur du réglage des déséquilibres financiers et des politiques économiques.

A quoi sert la Banque de France puisqu’il existe la Banque Centrale Européenne ?

A l’instar des autres institutions européennes, la BCE fonctionne sur le mode de la subsidiarité. La BCE, contrairement à ce que l’on croit parfois est d’ailleurs la filiale des 17 Banque Centrales Nationales (BCN) des pays qui, à ce jour, ont adopté l’euro. Au sein de l’organe dirigeant de la BCE, les décisions sont collégiales et chaque BCN est représentée. Les décisions, notamment de détermination des taux d’intérêt pour le refinancement des systèmes bancaire est bien unique pour l’ensemble de la zone. Les modalités (instruments acceptés en garantie, etc..) sont bien uniformisées, mais la mise en œuvre demeure décentralisée au niveau de chacune des BCN. En outre, les BCN se voit confier, par chacun des législateurs nationaux, des activités propres (c’est par exemple le cas en France pour le traitement des situations de surendettement, la protection des consommateurs ou la médiation du crédit).

Mais alors comment s’articulent BCN et BCE ?

De plus en plus, travailler à la Banque de France, c’est être en interaction avec la BCE et certaines BCN. Il existe une forme de spécialisation au sein du Système Européen de Banque Centrale (SEBC). La BDF par exemple, est en pointe dans le domaine fiduciaire et fabrique certaines coupures de billets pour d’autres BCN. Elle développe aussi d’importants projets de systèmes d’informations pour compte commun.

Comment travailler à la Banque de France ?

Institution de la République, le mode d’accès principal est le concours. Le personnel de la Banque de France n’appartient néanmoins pas à la fonction publique. Il existe aussi des recrutements sur titres, en CDD ou CDI. Compte tenu de nombreux départs en retraite, la Banque de France recrute, chaque année, une soixantaine de cadres dont la moitié de cadres supérieurs via son concours dit « d’adjoint de direction ».

La formation à l’IEP Grenoble est-elle adaptée aux parcours proposés par la Banque de France ?

La méthode enseignée et le contenu pédagogique constituent tout d’abord une excellente préparation pour le dispositif de sélection qu’est le concours : épreuves de synthèses et grand oral.

La pluridisciplinarité, l’ouverture international et la recherche de l’excellence de l’IEPG correspondent ensuite à l’ambition de la Banque de France : recruter des personnalités diverses ettrès adaptables afin qu’ils soient capables de faire face aux multiples environnements et défis qui leurs seront proposés tout au long de leur vie profesionnelle.


Christophe BAUD BERTHIER
Afficher son courriel


12/06/2014
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo