Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  Destination : relations internationales

 

Julie Payet, Org-int 2006
Elle a parcouru des milliers de kilomètres pour trouver sa voie. Alors qu'elle se destinait à un métier dans les relations internationales, Julie Payet a emprunté des chemins détournés pour atteindre son objectif. Retour sur un parcours atypique qui a récemment débouché sur un poste au sein du Ministère français de la Santé.

Lorsqu'elle intègre l'IEP de Grenoble en 2004, Julie Payet a déjà quelques années d'études derrière elle. En provenance directe de l'Université McGill au Canada, où elle a étudié les sciences politiques et obtenu un Bachelor of Arts, elle avait auparavant passé deux ans en école de commerce en France. Pour ce faire, elle avait alors dû quitter son île natale, la Réunion : à l'époque, elle souhaitait faire du commerce international et ce type d'école n'existait pas encore sur l'île. Pour des raisons financières, elle n'a pu terminer son cursus, et c'est à l'Université McGill qu'elle a choisi de se rendre pour poursuivre ses études. Là-bas, elle assiste alors à des cours de relations internationales qui lui plaisent tellement qu'elle décide de reconsidérer son orientation professionnelle : les relations internationales, c'est la possibilité de parler plusieurs langues ; c'est aussi une ouverture d'esprit sur les différents systèmes politiques, culturels, sociaux et économiques. On comprend mieux le monde dans lequel on vit. A son entrée à l'IEPG, elle croit alors savoir de quoi son avenir sera fait : « Je voulais revenir en France et surtout travailler dans les relations internationales. J'ai intégré Sciences Po directement en quatrième année dans le master OIG / ONG. Le programme et les cours présentés sur les plaquettes paraissaient très intéressants. De plus, le master proposait des partenariats avec des organisations internationales telles que l'ONU ».

De son parcours à l'IEP, elle retiendra surtout les stages qu'elle y a effectués : « J'aurais aimé plus de pratique et moins de théorique, moins de cours magistraux mais plus de travaux en groupe. J'ai trouvé dommage que nous devions assister à des cours dont la matière nous était déjà connue à travers nos études passées. Il serait plus motivant pour les élèves de n’assister qu’aux cours pour lesquels ils n’ont pas de connaissances. Mes deux stages m'ont confirmé que les relations internationales et les langues étaient mon domaine ». Ses deux stages ? Pour le premier, elle est allée dans la ville de Sucre, en Bolivie. Avec l'Alliance Française, un réseau d'associations implantées dans des dizaines de pays et attachées à promouvoir la langue et les cultures françaises et francophones de par le monde, elle a occupé le poste de chargée de communication. Quelques mois plus tard, c'est du côté de l'Italie que la globe-trotteuse se rendra, plus précisément au centre de formation de l'OIT (Organisation Internationale du Travail). Ici, elle est assistante de chargées de mission pour la protection sociale, qui interviennent notamment auprès de représentants (syndicats, patronats, ministères du travail voire de la santé) de pays en développement.

De ces stages, Julie Payet retirera qu'il y a plusieurs façons d'entrer dans les relations internationales : « Le recrutement se fait par deux voies : la voie nationale d'une part ; la voie du terrain, auprès des ONG d'autre part. De mon côté, j'ai fait le choix de la voie nationale, c'est-à-dire d'intégrer l'administration française » . Par ailleurs, « ce n'est pas parce que l'on n'entre pas au Ministère des Affaires étrangères maintenant qu'on ne peut pas faire une carrière dans l'international ! L'important est de garder en tête ses objectifs et de persévérer ».

Motivée par l'international, Julie Payet l'est. Mais c'est vers une autre voie qu'elle décide de se tourner à l'issue de ses deux années de master. Cette voie, c'est le secteur de la santé publique : « J'ai fait une rencontre décisive en Italie lors de mon
stage. J’y ai rencontré un expert de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé). A travers le témoignage de cette personne, j’ai compris combien la santé conditionnait le développement de tout un chacun. Quelqu’un de malade trouvera plus difficilement du travail que quelqu’un en bonne santé, par exemple. A cette époque, je cherchais à donner un sens à ma carrière. Je savais que l’international me transportait, mais faire de l’international pour de l’international ne me suffisait pas. Je souhaitais me sentir utile. Réalisant combien la santé était centrale à la suite de cette rencontre, j’ai compris que je ne me sentirais pleinement utile que si je travaillais dans ce domaine. En développant une expertise dans ce secteur, j'espérais d'ailleurs intégrer l'OMS ».

La Réunionnaise choisit alors de rester une année supplémentaire à l'IEP de Grenoble pour intégrer la prep'ENA. Objectif : intégrer l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Pubique (EHESP) ou le Ministère de la Santé. Elle échouera aux différents concours d'entrée qu'elle tentera et s'envolera finalement pour la Réunion où elle sera recrutée par une société d'économie mixte spécialisée dans le développement durable et la coopération régionale... mais pour quelques mois seulement.

En effet, alors qu’elle travaille sur son île, l'IRA de Lyon la rappelle et lui apprend qu'elle est admise. Consciente que ce concours lui permettrait d’intégrer le Ministère de la Santé ou le Ministère des Affaires étrangères, elle choisit de revenir en métropole. Au terme de son année de formation, elle parvient à choisir le Ministère de la Santé. Recrutée en septembre 2009 à la Direction de la Sécurité Sociale (DSS), elle occupe désormais un poste de rédacteur dont la mission principale est le suivi de la coordination et des coopérations des soins de la ville : « Je suis des expérimentations lancées par le Ministère pour améliorer la qualité des soins de ville et lutter contre les déserts médicaux. Il s'agit d'accompagner la mise en place d'expérimentations qui, si elles sont concluantes, pourraient être généralisées à l'échelle nationale. Ce poste me permet de travailler à la fois avec des administratifs, des hommes de terrain (professionnels de santé) ou encore des économistes de la santé : c'est une bonne façon d'avoir une vision précise du paysage sanitaire français. En outre, travailler à la DSS constitue pour moi un réel atout en ce qu’elle nous invite à apprécier le risque maladie dans son ensemble. En effet, la santé n’y est pas seulement considérée comme un besoin de la population ; elle est également présentée comme un enjeu financier de taille, susceptible de menacer la pérennité même de notre système de sécurité sociale. C’est cette vision englobante qui fait à mes yeux la richesse de la DSS au sein du Ministère de la Santé ».

Une formation de qualité, un travail épanouissant... Julie Payet est désormais posée et ne demande plus qu'à maîtriser et acquérir une certaine expérience sur son nouveau poste. Son prochain objectif : acquérir une expertise suffisante pour la mettre au service de l'OMS. A suivre…

Jean-François LAURENT
Etudiant
Interview tirée du Magazine n°44 (Décembre 2010)

      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo