ADSPO

 

 

 

« Directrice Administration Générale »

 

Pauline GIRARD, 1996 SP

Diplômée en 1996, quel poste occupes-tu aujourd’hui ?

Je suis directrice de l’administration générale d’une communauté d’agglomération de 350 000 habitants, située en Ile-de-France, à cheval sur les départements du Val d’Oise et de Seine-et-Marne. Cette direction regroupe notamment les services des assemblées, des marchés publics et des achats, le service juridique et les assurances.

Quel a été ton parcours professionnel ?

Quand j’ai réussi le concours d’entrée de l’IEP de Grenoble, je n’avais pas une idée précise du poste que je souhaitais occuper après mes études, je n’avais pas de plan de carrière en tête… je n’en ai toujours pas … J’étais contente d’avoir intégré cette école mais dès le début, j’ai choisi de m’orienter vers le service public.

Après mon diplôme et une année ERASMUS, à l’université d’Oxford Brookes, la construction européenne m’intéressant particulièrement, j’ai été admise en DEA « construction de l’Europe », à l’IEP de Strasbourg. La possibilité de partir une année à l’étranger a été pour moi l’occasion de très belles rencontres à la fois britanniques, européennes mais aussi internationales. J’y ai aussi rencontré mes meilleures amies, avec qui depuis plus de 20 ans nous arrivons toujours à trouver des moments privilégiés pour nous retrouver.

Le premier poste que j’ai occupé était à la préfecture de Saône-et-Loire, à la direction des actions de l’Etat. J’étais chargée de la gestion des fonds européens (FEDER) attribués à ce département. J’ai rapidement mis à profit la méthodologie acquise à l’IEP et « l’art » de la synthèse. J’ai beaucoup appris pendant ces 18 mois en préfecture, mais je me suis aperçue que si je souhaitais agir plus concrètement sur un territoire, travailler dans une collectivité territoriale me conviendrait davantage. J’ai donc intégré la direction de l’environnement du conseil général de Seine-Maritime.

Au sein des services de ce département, j’ai acquis des compétences en matière de marchés publics, car j’avais notamment pour tâche la rédaction des marchés d’études et de travaux de lutte contre les inondations sur les berges de la Seine.

Ensuite, j’ai été recrutée par la communauté d’agglomération Val de France, dans le Val d’Oise, qui était à cette époque (2001) composée de quatre communes pour 140 000 habitants. J’ai occupé pendant environ quatre ans, un poste de chargée mission « subventions ». A cette occasion, j’ai renoué avec les fonds européens mais en qualité de collectivité bénéficiaire des aides (FEDER et FSE). Sur ce poste transversal, j’ai pu appréhender l’intégralité des domaines de compétences de la communauté d’agglomération.

Ensuite j’ai occupé un poste d’encadrant intermédiaire, au sein d’une nouvelle direction, à la direction de la culture et des sports de la même communauté d’agglomération. Cette direction opérationnelle gère notamment les équipements sportifs intercommunaux (piscines et patinoire) et les médiathèques. En tant que responsable administratif et financier, j’avais pour principales missions l’harmonisation des procédures, l’exécution du budget de la direction, la rédaction de marchés publics et leur exécution. Quand j’ai été nommée sur ce poste, les équipements municipaux venaient d’être transférés à la communauté d’agglomération, toute l’organisation était à mettre en place. Il fallait rationnaliser les dépenses, créer des outils de coopération entre les sites situés sur quatre communes, faciliter les flux d’informations, expliquer, faire preuve de beaucoup de pédagogie car la volonté politique des élus d’intégrer de nouvelles compétences à la communauté d’agglomération n’était pas une évidence pour les agents concernés. J’ai également participé à la construction et la rénovation de deux piscines et d’une médiathèque. A cette occasion, notamment, notre travail quotidien prend tout son sens, accueillir les usagers dans de nouveaux équipements est très gratifiant.

Puis, j’ai candidaté au poste de directrice de l’administration générale qui venait de se libérer. A ce poste, j’ai participé à l’élargissement progressif de la communauté d’agglomération, qui comptait quatre communes, puis six et désormais 42 avec la réforme territoriale issue de la loi MAPTAM. La mise en œuvre de cette réforme ainsi que de la loi NOTRE nous occupe déjà depuis près de trois ans, et cela se poursuivra jusqu’en 2020 avec le transfert de nouvelles compétences obligatoires. A mon niveau, je mets notamment, en œuvre « juridiquement » les choix des élus en termes de compétences que la communauté d’agglomération doit exercer.

Quel bilan tires-tu de ces expériences et de ta formation à l’IEP de Grenoble ?

Ces différents postes, m’ont permis d’acquérir des compétences juridiques, managériales, organisationnelles et financières qui complètent aujourd’hui la formation initiale dispensée par l’IEP.

La formation à l’IEP ainsi que la possibilité d’étudier un an à l’étranger, m’ont permis de développer une certaine curiosité et une ouverture aux autres, une capacité d’adaptation aux évolutions de notre environnement professionnel et une certaine « endurance » en termes de capacités de travail.

Comme pour beaucoup, mon parcours est le fruit de quelques hasards et opportunités. Néanmoins, le fait d’être « diplômée » d’un IEP, comme j’ai pu le constater après avoir été contactée récemment par un cabinet de recrutement, est un label recherché par les DRH des collectivités. Il est gage d’un bon niveau de connaissances, de compétences et d’efficience.

Pauline GIRARD
Afficher son courriel


20/06/17

 index des portraits

Index des 300 portraits







 

NOUS SUIVRE :

 

  B.P. 48
38040 GRENOBLE CEDEX 9

  Tél.: 04.76.82.60.26

  Courriel : contact-anciens@iepg.fr

 

    Association des Diplômés de Sciences Po Grenoble © 2017 - Mentions légales

Site déposé à la CNIL sous n° 712940. - Fichier enregistré à la CNIL sous le n° 571998.