Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Le Monde », une bien belle maison

 

Laetitia CLAVREUL, journaliste, Le Monde (IEP 1995 PO)

Après un bac ES obtenu en 90, Laetitia Clavreul intègre un IUT Infocom à Paris pour 2 ans. Malgré le fait que cette formation ne lui convienne pas, elle décide tout de même de la poursuivre jusqu'à la fin. Elle part ensuite en Allemagne en 92 (après la réunification donc) afin de travailler dans un institut chargé de réinsérer les jeunes issus de l'ex-RDA en leur trouvant des stages en France, en Espagne, au Portugal (etc) et de les "ouvrir à l'Europe".
Forte de cette expérience professionnelle enrichissante mais néanmoins ayant encore soif d'apprendre, Laetitia Clavreul gardait en tête sa volonté de devenir journaliste qui continuait de grandir au fur et à mesure qu'elle "pigeait" en écrivant "quelques papiers par-ci par-là" pour le journal Ouest-France (depuis la fin de son bac, avec un stage de deux mois en tant que localière chaque été). C'est à la suite de cette année en Allemagne qu'elle réussit le concours de l'IEP de Grenoble de 2ème année section politique. Son objectif était de rejoindre et d'intégrer le monde de la presse régionale. C'est d'ailleurs ce qui constituera en partie le thème de son mémoire de 3ème année : "le pluralisme politique dans la presse régionale", ou le rôle que joue la presse régionale en terme de démocratie à l'échelle locale.

Le master journalisme n'existant malheureusement pas à l'IEPG à l'époque, Laetitia Clavreul intègre ensuite donc le CUEJ à Strasbourg, l'une des écoles de journalisme reconnues par l'Etat. On lui proposera à la sortie un stage d'édition à Libération, et malgré le fait que son objectif était de rédiger des papiers, elle précise que ce n'est "pas quelque chose qui se refusait". Finalement, elle est très vite séduite par l'édition et multiplie les postes pour Libération, Télérama ou encore le JDD pendant 2 ans. Elle participe par ailleurs également au lancement d'un journal pour ados parallèlement, l'Actu, où elle s'occupe d'une double page d'infographie mettant en lien actualité et programme scolaire. Elle est ensuite sollicitée par Le Monde pour un long CDD d'édition, occasion sur laquelle elle rebondit également afin de pouvoir enrichir sa carrière pourtant déjà riche et diverse.

Comme elle le rappelle au cours de notre entretien, "faire de l'édition dans un quotidien national n'était absolument pas [son] rêve au départ", c'était même loin de ce pourquoi elle avait fait une école de journalisme, elle qui souhaitait "faire de la rédaction en presse régionale".

Laetitia Clavreul restera secrétaire de rédaction pour Le Monde entre 99 et 2004, année où elle accèdera enfin à un poste de rédaction au service économie, notamment sur les questions d'énergie. Elle changera par la suite assez fréquemment de thème de travail en passant par plusieurs services comme l'agroalimentaire pour le service régions puis économie. Durant cette période, elle a été relativement marquée par des évènements comme les émeutes de la faim, où encore la question de l'accaparation des terres agricoles africaines par la Libye ou la Chine lui donnant l'occasion d'aller réaliser des reportages en Afrique. Elle écrira également très vite successivement pour tous les services du journal. Ceci constitue pour elle une période qu'elle décrit encore comme "très enrichissante d'un point de vue professionnel".

C'est depuis 2009 qu'elle travaille au service France sur des questions de société et particulièrement de santé. Les thèmes qu'elle y développe le plus fréquemment sont par exemple les problématiques d'accès aux soins, avec les dépassements d'honoraires, les déserts médicaux, mais aussi le problème de la toxicomanie, la psychiatrie ou encore le débat actuel autour de la fin de vie et de l'euthanasie. Son travail quotidien consiste à analyser les politiques de santé publique. Néanmoins, elle met en garde sur le fait qu'elle n'est "pas là pour donner [son] avis, mais pour relater un débat".
Ainsi, "ce n'est pas toujours facile de rester objectif sur des sujets de société" toujours selon ses mots, "on est facilement catalogués". Ceci prend par exemple tout son sens avec la question de l'euthanasie. Elle se force à ne pas avoir d'opinion sur le sujet afin de rester aussi neutre que possible.

Elle décrit volontiers son métier comme "passionnant". Le sujet de la santé est d'autant plus intéressant pour elle que "tout le monde a un point de vue sur des sujets qui sont toujours "très concernants". Aussi, elle essaie autant que faire se peut de répondre à tous les courriers et messages de ses lecteurs pour faire avancer le débat.
Elle est relativement libre du choix de ses sujets, et bien que certains sujets s'imposent tout de même au regard de l'actualité, elle semble très attachée à cette liberté qui caractérise son quotidien professionnel.

A propos de la question de la précarité de la presse, Laetitia Clavreul déclare que seul le "contenant" est en danger et non le "contenu". En effet, selon elle, le métier de journaliste n'est pas en danger puisque le devoir d'informer est toujours d'actualité même si la façon de le faire évolue. Certes, "ça va plus vite qu'avant" et le réel défi est de "trouver les priorités" : quel article publier et quand, faut-il publier d'abord sur internet avant la version papier, etc.
Elle publie plusieurs papiers par semaine aussi bien pour la version papier que pour la version internet. Le "luxe" pour elle étant de pouvoir se consacrer pendant 4 à 5 jours à une enquête ou un reportage. Elle se désole tout de même du manque de temps dont pâtissent les journalistes pour aller sur le terrain.

C'est donc "une belle maison" qu'est Le Monde pour Laetitia Clavreul qui n'envisage absolument pas de changer d'employeur. La rubrique pour laquelle est travaille est "intellectuellement très enrichissante" et elle souligne, de toutes façons, les facilités qu'il y a à changer de rubrique ou de service, lui offrant toujours des perspectives d'évolution après ses 13 ans déjà passés au sein du journal.

Le mot aux étudiants
Il faut s'accrocher pour y arriver! Le métier n'est plus aussi ouvert qu'il n'a pu l'être. Il faut absolument profiter des possibilités qu'offrent internet et les nouvelles technologies pour "exister". Car oui, il faut se faire connaître pour réussir dans le milieu. Mais avec de belles idées d'angle d'attaque pour ses articles et une motivation à toute épreuve, tout le monde peut y parvenir selon Laetitia Clavreul.

Interview réalisé par Hugo Schmitt

 

17/06/2013
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo