Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Responsable du Département enfance / jeunesse à la Caisse d'Allocations Familliales »

 

Vincent SAUZEREAU, SP 2009 - master Carrières publiques - Prep'ENA

Pouvez-vous résumer, en quelques lignes, le cursus que vous avez suivi à l'IEP de Grenoble ?
Tout d'abord, je dois dire que je garde vraiment de très bons souvenirs de mon passage à l'IEP (2004-2009). Que ce soit en amphi ou en conférence de méthode, la formation de l'IEP et les profs apportent un ensemble d'éléments solides permettant de se forger une bonne culture générale tout en laissant une grande place à la réflexion et aux débats. C'est à mon sens ce qui fait la richesse des IEP, avec bien sûr l'ambiance de promo toujours bien appréciable !
Pour ma part, après la première année de tronc commun, j'ai suivi la section service public, puis j'ai intégré la filière Carrières publiques dans le cadre de laquelle j'ai effectué un stage de 6 mois à l'Ambassade de France en Chine. Puis j'ai suivi la Prép'ENA en 5e année.

Et donc le passage de concours administratifs ?
Oui, j'ai passé différents concours avec une admissibilité à l'INET puis une admission au concours d'attaché territorial. Puis j'ai été admis par la suite à l'EN3S, l’Ecole nationale supérieure de la Sécurité sociale. J'ai ensuite suivi les 18 mois de scolarité de l'EN3S à St Etienne.

Comment avez-vous trouvé votre premier poste ?
A la sortie de l'EN3S, une liste de postes à pourvoir est communiquée aux élèves qui postulent ensuite dans le cadre d'entretiens similaires au secteur privé. Des postes sont proposés chaque année dans les différents organismes de Sécurité sociale : Caf, CPAM, Urssaf, Carsat mais aussi les caisses nationales ainsi que les caisses de la Mutualité sociale agricole (MSA) et du Régime social des indépendants (RSI). Pour ma part, j'ai été recruté à la caisse d'allocations familiales (Caf) de Lyon, qui est devenue ensuite la Caf du Rhône suite à la départementalisation du réseau des Caf fin 2011.

En quoi consistait votre premier poste ?
J'étais attaché de direction, au cabinet du Directeur général. C'était un poste intéressant, car très transversal : suivi de projets stratégiques, préparations de notes et d'interventions pour le directeur... J'ai notamment piloté le projet d'ouverture d'une nouvelle antenne de la Caf dans le 8e arrondissement de Lyon.

Votre poste actuel semble assez différent ?
Oui, tout à fait. Je suis désormais en situation de management : je suis responsable du Département enfance / jeunesse qui compte 25 personnes. Je manage 7 conseillers techniques qui accompagnent les collectivités et les structures et négocient des contrats sur les territoires sur les thématiques d'accueil du jeune enfant et de la jeunesse. Par ailleurs, je gère trois unités de liquidation de prestations de service, en m'appuyant sur 3 cadres intermédiaires plus techniques. Il s'agit donc d'un service tourné vers les partenaires de la Caf, à savoir les collectivités locales et les gestionnaires d'accueil collectif. Je découvre donc les joies, et bien sûr, les exigences du management dans un organisme de grande taille (la Caf du Rhône compte près de 1 000 salariés) et sur une thématique qui est assez politique dans la mesure où la création de places de crèche constitue depuis plusieurs années une des priorités fortes de l’Etat mais aussi des communes.

Quelles sont les compétences requises dans vos fonctions actuelles ?
Je pense que gérer la dimension managériale du poste est la première priorité. Les conseillers techniques que je manage sont des experts dans leur domaine (petite enfance et jeunesse) et aspirent à une certaine autonomie : il faut donc affirmer sa légitimité tout en sachant que je n'ai pas vocation à en savoir plus qu'eux sur tout. Je dois naturellement leur laisser des marges de manoeuvre mais en veillant bien sûr à ce que leur autonomie ne se transforme pas en indépendance. Il m'apparaît donc important qu'ils me fassent des retours régulier afin que je m'assure qu'ils avancent bien dans l'intérêt de la Caf. Quant à la supervision des unités de liquidation, elle implique de mettre un peu "les mains dans le cambouis" et se pencher sur la dimension technique des prestations versées et sur les circuits de travail : certes, je m'appuie sur des cadres qui maîtrisent bien cette technique mais il est indispensable pour moi de bien comprendre les enjeux en présence.
Le corpus théorique appris à l'IEP constitue toujours des références utiles pour évoluer dans le domaine public et comprendre les grands enjeux de société : ma connaissance des institutions publiques et des acteurs du social acquise pendant ma scolarité à l'IEP m'aide aujourd'hui à comprendre les problématiques de mon Département. Après, la formation de l'EN3S - beaucoup plus concrète - a été également indispensable pour monter en compétence en matière de management, de communication, de budget, de gestion du temps... La gestion du temps est d'ailleurs une des clés de réussite sur mon poste actuel entre les sollicitations tous azimuts, la boîte mail qui explose, les exigences internes et externes... La dimension budgétaire est aussi importante sur mon poste puisque mon Département gère de grosses enveloppes financières. Après, je pense que quelle que soit sa formation initiale, il y a toujours beaucoup d'éléments assez techniques à apprendre en arrivant sur un nouveau poste.

Et comment voyez-vous la suite ?
Je compte rester au moins trois ans sur ce poste, un temps nécessaire du fait d'une dimension partenariale importante sur mon poste (notamment avec le Conseil général du Rhône et la Ville de Lyon...) Et puis, je prendrai probablement un autre poste de management, ici ou ailleurs, avant d'intégrer l'équipe de direction d'un organisme.

Y a-t-il beaucoup d'autres anciens élèves de l'IEP dans les Caf ?
Beaucoup non, mais quelques uns. En fait, être passé par l'EN3S est un prérequis pour accéder à ces types de poste. Après, il est vrai que les IEP fournissent une bonne partie des élèves externes de l'EN3S. On en retrouve donc forcément à la Sécurité sociale, de manière assez dispersée toutefois.

En conclusion, que souhaiteriez-vous ajouter ?
Les postes de la Sécurité sociale sont mal connus d'une manière générale. Ils s'inscrivent pourtant très bien dans la continuité des formations dispensées à l'IEP avec une finalité de service public évidente et en même temps, une dimension managériale forte, des responsabilités, des fonctions très variées (ressources humaines, comptabilité, action sociale...) Enfin, une condition pour accéder à ces différents métiers de la Sécurité sociale : réussir le concours de l'EN3S, ce qui est tout à fait faisable en sortant de l'IEP, à condition de le préparer un minimum !


Vincent Sauzereau

vincent.sauzereau@gmail.com
06 42 96 10 38

 

17/06/2013
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo