Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Portraits croisés »

 

Cécile PROST (1988 PO) et Pascale CHAUNY EP. VIROT (1988 SP) se connaissent depuis Sciences Po Grenoble, et plus particulièrement de l’époque où elles ont été sélectionnées pour bénéficier d'une bourse d'études pour une « summer session » à Berkeley. « Ce passage à Berkeley a changé ma façon de voir les choses, et m’a donné la force d’oser et d’avancer en conscience dans la vie, dans le respect de chacun et de mes convictions », explique Cécile Prost. S’en est suivi un DEUG de langues, puis une année de DEA sur le monde arabo-musulman pour Pascale, et par un mémoire sur l’émission ‘L’heure de vérité’, sanctionné par un diplôme de l’Institut Français de Presse pour Cécile.

Aujourd’hui, ces deux amies ont décidé de se retrouver pour évoquer ensemble leurs parcours et leurs points communs dans un portrait croisé.


Pascale et Cécile

Qu’est-ce qui vous rassemble, au-delà d’être amies et d’être toutes deux diplômés de Sciences Po Grenoble ?

« Avant tout, c’est une manière de toujours voir les choses par le côté positif de la lorgnette. Cette façon d'agir et d'accueillir les événements nous a permis de développer un réseau bien ancré, constitué d'anciens camarades de l'IEP, de nos camarades rencontrés à l'université californienne de Berkeley, et des rencontres au hasard de nos engagements associatifs et professionnels respectifs. Le point commun qui nous rassemble est aussi la priorité que nous avons souhaité donner à notre famille, en mettant notre parcours professionnel entre parenthèse pendant quelques années, pour nous consacrer à l'éducation de nos enfants ». (NDLR: 3 pour Cécile, et 4 pour Pascale). « Cet ancrage familial est pour nous une véritable force et un équilibre, qui nous a permis d'aborder pleinement et sereinement notre investissement professionnel. »

Pouvez-vous nous retracer votre parcours professionnel ?

Pascale VIROT : « J’ai eu mon tout premier job à 22 ans, au retour d'un stage à Belfast (suite à un concours du journal le Monde qui offrait des stages prestigieux en Europe), d'intervenante en marketing et institutions européennes dans une école de commerce privée de l'agglomération grenobloise. J'avais été choisie notamment pour l'exemplarité vis à vis des élèves de l'audace dont j'avais (parait-il) fait preuve en postulant à un tel poste (c'était une candidature spontanée!). Le challenge le plus difficile a été de garder ma crédibilité lorsque je me suis retrouvée en face d'une élève, qui était une ancienne copine de lycée, légèrement plus âgée que moi, qui malgré le tailleur gris et les lunettes m'avait reconnue !

Ensuite, j'ai enchainé quelques expériences professionnelles dans le privé (les laboratoires GLAXO), puis une société de production de logiciels informatiques, pour enfin choisir de passer les concours de la fonction publique territoriale. Première expérience au CCAS de Vizille, puis secrétaire général à Saint Paul de Varces, et reprise, après congés parental, à Echirolles à la Direction Générale. Tout récemment je viens d'intégrer la Métropole grenobloise. »

Cécile PROST : « J’ai eu des petits boulots très jeune, puis j’ai commencé une carrière professionnelle au terme de mes études. J’ai choisi mes jobs au gré des opportunités qui se sont présentées à moi. J’ai eu la chance de pouvoir quitter un poste pour un autre sans difficulté. J’étais alors en région parisienne et très investie dans ma vie professionnelle. D’une entreprise de télémarketing, à des start-ups devenues grandes, j’ai occupé des fonctions en marketing, communication et commerciale. Puis j’ai été embauchée par l’AFM-Téléthon pour diriger le service partenariat puis collecte. J’ai mis en œuvre avec des partenaires prestigieux (Microsoft, Atos …) la première collecte de dons en ligne par carte bancaire. J’ai acquis une expérience et des compétences qui m’ont permis d’avoir l’opportunité de m’arrêter de travailler pour avoir et élever mes enfants alors qu’ils étaient petits. Après un temps avec mes enfants, j’ai créé mon entreprise à Grenoble, ABC Projets, spécialisée en communication événementielle, partenariat et mise en réseaux, que je dirige depuis plus de 10 ans.


Vous êtes toutes deux investies également dans la vie citoyenne. Pourriez-vous nous détailler vos parcours dans ce milieu ?

Pascale VIROT : « Pour moi, l'investissement dans la vie associative et citoyenne a été très lié à l'évolution des enfants : présidente de la crèche, puis membre du conseil d'école et enfin membre active ou présidente de l'association des parents d'élèves du collège des Saules. Cette dernière implication (depuis 7 ans et toujours d'actualité) a été marquée par des actions, mesurables, qui sont allées bien au delà de l'intérêt que peut représenter pour un parent d'élèves, le seul suivi de ses enfants. Elle a été une véritable implication pour un enjeu de société majeure, à savoir le service public de l'éducation et sa mission d'offrir à tous un avenir convenable. En effet, ce collège dont la carte scolaire théorique offrait une mixité sociale entre des élèves d'origine particulièrement différentes, était caractérisé par une importante fuite de certains élèves vers le privé ou d'autres collèges. Grâce à un long travail de fédération de toutes les énergies, direction et professeurs, enseignants du primaire, familles, et même du Conseil Général et de l’inspection académique, les actions menées, et surtout les nombreuses discussions, ont permis d'inverser cette tendance à la ghettoïsation et de remonter les effectifs du collège, jusqu'à l'ouverture d'une nouvelle sixième cette année. Moteur de cette dynamique, la reconstruction du collège en 2016, qui n'était pas gagné, nous permettra d'ancrer et d'asseoir la réussite de cet enjeu d'éducation et de réussite pour tous.

En parallèle, et profitant du congé parental, j’ai également été conseillère municipale en 2001, puis à nouveau en 2014, où j’occupe des fonctions d'adjointe à la petite enfance, affaires scolaires et jeunesse. J’ai également été candidate aux élections départementales de mars 2014 »

Cécile PROST : « Après m’être investie dans les associations de parents d’élèves, et réalisé un travail de fond avec le corps professoral et la direction, nous avons pu organiser des actions pertinentes en relation avec le Rectorat et permis l’évolution favorable de l’image de l’établissement. Je prends également part à de nombreux réseaux isérois : chefs d’entreprise, femmes chefs d’entreprise, clubs sportifs …. J’ai été à l’origine de la création de Réseau Entreprendre Isère au Féminin et j’ai piloté la semaine de sensibilisation à l’entrepreneuriat féminin en mars dernier. »


Un mot pour la fin ?

Cécile PROST : « Je suis aujourd’hui une femme très heureuse de pouvoir concilier une vie de famille et une vie professionnelle riche de rencontres, des engagements associatifs et des actions de mise en relation d’un grand nombre de personnes pour le succès de tous et de notre territoire. »


Cécile PROST (1988 PO) et Pascale CHAUNY EP. VIROT (1988 SP)
Afficher leur courriel


26/08/2015
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo