Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Elève administratrice territoriale »

 

Anne-Laure CHALET (2004 SP)
Elève administratrice territoriale, Promotion Hannah Arendt, 2015-2016
Présidente de l'association des élèves administrateurs

J’ai passé l’année dernière le concours d’administrateur territorial, où j’ai retrouvé nombre de « sciencespistes ! ». C’est en effet un des concours les plus prisés des étudiants sortant de Sciences Po, dont la formation généraliste et pluridisciplinaire constitue la voie royale… Pour ma part, j’ai passé le concours par la voie interne, à 33 ans et deux enfants, voilà donc assez longtemps que je suis sortie du cursus universitaire !

Je suis sortie de Sciences Po Grenoble en 2004, diplômée de la section Service Public. Après le bac,lorsque j’ai décidé de passer les concours d’entrée à Sciences Po, j’ai toujours su que c’était pour intégrer la fonction publique… Que voulez-vous j’ai la fibre ! Contribuer au bien commun, donner du sens à l’action publique, traduire au quotidien les valeurs de notre République plus que jamais mises en danger dans ces moments difficiles… Pour atteindre cet objectif, j’ai donc choisi d’intégrer Sciences Po Grenoble, dont je garde le souvenir d’une formation riche, faite de débats et de contradictions : un esprit bouillonnant, qui compte comme l’une des périodes les plus importantes de ma vie, où j’ai connu mes amis les plus proches et les plus chers.

Que faire après Sciences Po Grenoble ? Je suis restée sur mon idée initiale et ait donc passé les concours de la fonction publique… Voie assez classique lorsqu’on sort de la section Service Public ! C’est après cela que mon parcours se « pimente » un peu. D’abord, j’ai choisi la fonction publique territoriale, qui m’apparaissait (et m’apparait toujours) comme plus dynamique, plus réactive mais aussi plus proche du citoyen que celle de l’Etat. Ainsi, après réussite au concours d’attaché territorial, j’ai intégré un syndicat intercommunal en qualité de DGS. Le syndicat avait pour compétence la gestion, pour le compte de deux communes limitrophes, d’équipements sportifs et culturels (en particulier une piscine et une médiathèque). J’ai tout de suite été attirée par l’annonce, bien qu’il s’agisse d’un poste de DGS, pas évident en première prise de fonctions. Mais les compétences, plus enthousiasmantes qu’un syndicat des déchets ou de gestion des eaux, la relation avec les élus, et enfin le rôle d’ensemblier et de manager du DGS m’ont convaincue de présenter ma candidature, et j’ai bien fait puisqu’on m’a donné ma chance !

J’ai intégré le SIM fin 2006. Mes missions consistaient dans la prise en charge du personnel, la gestion du budget syndical et le développement de projets relatifs aux deux équipements. Je crois avec le recul que ma formation à Sciences Po m’a beaucoup aidée en me donnant l’assurance nécessaire pour assumer le poste de directrice. J’ai aussi très vite constaté que Sciences Po est une bonne carte de visite, que le savoir-être, l’adaptabilité dont nous faisons preuve, et nos compétences viennent confirmer ensuite…

Cette première expérience m’a donné le goût du management d’équipe et du portage de projet avec les élus locaux, je me suis donc mise en quête ensuite d’un poste de DGS en commune moyenne. J’ai ainsi intégré en 2011 une commune de 6 700 habitants, comptant 80 agents permanents, sur emploi fonctionnel. Une expérience extrêmement enrichissante pour laquelle mon poste précédent m’avait bien préparée, même si le changement d’échelle est réel : plus d’argent à gérer, plus d’agents à manager mais aussi plus d’élus à contenter ! Cette expérience m’a permis de préciser mon parcours professionnel, et de mener de beaux projets tels qu’une réorganisation d’ampleur de l’organigramme des services, la création d’un guichet unique, des travaux de rénovation et de mise en accessibilité de l’hôtel de ville, …

Et puis… pourquoi s’arrêter là ? Mon envie aujourd’hui, c’est de confirmer mes compétences acquises au cours de ma formation initiale et de mes expériences professionnelles, en intégrant une équipe de direction dans une collectivité de taille significative, tout en continuant d’endosser des responsabilités importantes, et surtout d’encadrer des équipes. J’ai donc décidé de passer le concours d’administrateur territorial, dont les postes peuvent être ouverts dans les collectivités de plus de 40 000 habitants, les départements et les régions. Aujourd’hui, je suis en pleine formation : elle se déroule sur 18 mois, entre Strasbourg, où ont lieu les jours de formation théorique à l’école (l’INET : Institut National des Etudes Territoriales) et les collectivités territoriales où se déroulent nos stages pratiques. Concilier la vie de famille avec cette aventure n’est pas chose aisée, mais j’ai la chance d’être bien entourée et surtout d’avoir un conjoint« 21ème siècle » qui me soutient dans mes projets et prend pleinement sa part dans la vie familiale : la réussite est le fruit d’un travail d’équipe.

Suite du programme : me mettre en quête d’un poste correspondant à mon nouveau grade, pour une prise de fonctions au 1er novembre 2016. En espérant enrichir mon parcours de nouvelles rencontres et de beaux défis, comme en propose la Territoriale en ce moment !

Anne-Laure MIRA ép. CHALET
Afficher son courriel


12/04/2016
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo