Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  Patrick Geoffray, DRH adjoint de la Ville de Paris

 

Patrick Geoffray, 1983 SP

Patrick Geoffray sort diplômé de Sciences Po en 1983. « Cela commence à dater » comme il dit aujourd’hui. A l’époque, en 1980, bien que titulaire d’un bac scientifique, il se dit qu’il est très attiré par l’histoire et les sciences politiques. D’origine grenobloise, il se dirige tout naturellement vers l’IEP de Grenoble.

Mais Patrick Geoffray aime la difficulté, et mène en parallèle un cursus à la fac de droit. « C'était assez difficile, faire deux facs en même temps, c’était même l'enfer » reconnaît-il.

Il aime côtoyer deux approches complètement différentes. « J’aimais bien les enseignements en droit, cette culture juridique, ces enseignements magistraux, très orthodoxes, tout en appréciant par ailleurs énormément les enseignements plus vivants et plus interactifs qui étaient dispensés à l’IEP ».

Titulaire d’une maîtrise en droit et diplômé de la section service public de l’IEP, Patrick Geoffray passe le concours de l’Ecole nationale des impôts puis celui de l’Ecole nationale d’administration. C’est bien simple : il a toujours été attiré par la chose publique, il a toujours exercé dans la fonction publique et il lui reste indéfectiblement fidèle.

Le fil rouge de son début de carrière, ce sont les finances. Les finances publiques à la Ville de Paris, puis les finances sociales à l’IGAS, « le summum de la technicité et de la complexité » avec les questions de financement des politiques sociales, la santé, le handicap, la dépendance, le RSA, à traiter à chaque fois avec différents partenaires et de multiples financements. Après deux ans et demi de missions de contrôle à l’IGAS (hôpitaux, fonds social européen), Patrick Geoffray rejoint le Centre administratif de la Ville de Paris et s’imprègne du métier des ressources humaines. Il est depuis une quinzaine de mois DRH adjoint de la Ville de Paris, positionné sur les relations sociales.

Difficile dans ces conditions de ne pas croire Patrick Geoffray quand il affirme que « c’est important de bouger, d’avoir des expériences dans différents échelons d’action publique, au niveau national, territorialisé, décentralisé ».

Ce qu’il aime dans son métier de DRH adjoint : le fait que ce soit très général. « La
particularité de la Ville de Paris par rapport à d'autres collectivités, c’est qu’elle gère tout le spectre d'activités des ressources humaines : c'est elle qui assure le recrutement, la formation, la gestion, l'évolution de carrière, le statut de ses agents, la rémunération, etc. ». Et puis comme il aime à le rappeler, la Ville de Paris est forte de 50 000 agents et de 300 métiers. Patrick Geoffray essaie d’avoir toutes les qualités du bon DRH à savoir la disponibilité, l’écoute, l’anticipation. Sans oublier ce qui est fondamental : essayer de faire en sorte que les gens se sentent bien dans un « vivre-ensemble » au travail.

C’est donc peu dire que le métier des ressources humaines est difficile. « Les finances c'est un monde fini, c'est carré, c'est techno, on manie des crédits, des consommations, alors que les RH c'est plus compliqué, on manie de l'humain, de la complexité, on gère et on valorise les personnes » explique Patrick Geoffray.

« Manier de l’humain, c’est pouvoir répondre aux attentes à la fois des agents et des directions de la Ville. C’est pouvoir répondre aux changements réglementaires et normatifs, aux évolutions de la société. Les agents de la Ville doivent nécessairement s'adapter puisqu'ils doivent répondre aux besoins des usagers. Tout ça, cela représente une pression extrêmement importante, parce que les attentes sont énormes. » Alors bien sûr, les journées sont toujours chargées, et l’agenda complètement blindé de réunions avec les directions ou les organisations syndicales.

Les objectifs sont nombreux, et les enjeux majeurs : les conditions de travail, la santé et la sécurité au travail, la formation, le management et l’animation d’équipes, l’évolution des besoins en emploi et les redéploiements. Sans compter l’impératif du changement. « Nous sommes quotidiennement confrontés à la nécessité du changement. Il faut gérer le changement, l'accompagner et l'expliquer. C’est l’image de marque du secteur public qui est en jeu. Il faut montrer que le secteur public est utile et adaptable, et qu’il peut être performant. » Quand on l’interroge sur la formation dispensée par Sciences Po, Patrick Geoffray reconnaît qu’elle apporte des bases en droit, en histoire, en économie, etc., qui sont indispensables : « Quelqu’un qui oeuvre dans une collectivité locale ne peut pas ne pas savoir quels sont les mécanismes juridiques et économiques de base. En matière de RH par exemple, on a besoin de bien connaître le marché du travail qui impactera notre politique de recrutement ». Bien sûr la formation peut être améliorée. Patrick Geoffray souligne la nécessité pour la puissance publique d’avoir à sa disposition des connaissances pointues en matière d’environnement, de développement durable et d’aménagement urbain, pour pouvoir décider et agir aujourd’hui et dans les années à venir. « Il y a besoin d’étudiants qui s’intéressent à ces objets, qui soient formés à l'aménagement de l'espace, au développement de l'urbanisation, aux enjeux de la ruralité ». Pour penser et agir dans le cadre du Grand Paris par exemple, et même au-delà sur tout le bassin parisien.

On manque également selon lui de gens qui sachent faire jouer les interfaces et combiner les moyens du privé et du public. « Aujourd’hui il faut connaître les logiques du privé, les logiques du public, et en connaître les associations et les montages. Les Délégations de service public, les Partenariats publics-privés, tout le monde en a plein la bouche mais personne ne sait comment ça marche. On manque de gens qui maîtrisent ces outils qui fonctionnent selon un double équilibre, économique et juridique ».

Alice CHOCHEYRAS
2007 PO
Interview tirée du Magazine n°45 (Janvier 2012)

      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo