ADSPO

 

 

 

« Directeur Ile-de-France »

 

Etienne CHAUFOUR (1982 SP), Chargé des solidarités et des mobilités, Directeur Ile-de-France - France Urbaine


Mon aventure humaine et sociale n’a sans doute pas pris corps uniquement à Science Po Grenoble. Pour autant, suis convaincu que cette période riche y a fortement contribué.

Parisien (ou plutôt banlieusard … assumé), j’ai découvert l’envie de travailler, de m’enrichir grâce à des personnes qui continuent à compter à mes yeux : Mr Lewin, Mr Joly, Mr Montergnole …, à une ambiance sérieuse où personne n’avait besoin pour cela de «se la jouer». L’alpinisme, l’animation, la Croix de Montfleury, les cours de ski aux élèves de l’école de La Tronche vont de pair avec cette période étudiante.

Cette humilité exigeante reste un jalon. Diplômé SP en 1982, et très vite bidasse (et oui, ça existait de mon temps), ma bulle aurait de toute manière rapidement explosée.

Comme tant d’autres, il y eu ensuite la prép ENA à sciences Po Paris, les concours et les grandes ambitions puisque nous y avions été un peu formatés. Mais la plus belle opportunité a été , pour moi, l’emploi : le « cambouis » en tant que directeur de cabinet d’Hervé Vouillot à Quetigny les Dijon. Sa personnalité, ses fonctions départementales et régionales m’ont ainsi permis de continuer à apprendre tout en étant pleinement acteur : Une vraie richesse, jusqu’en 1991.

La confiance de Pierre Mauroy, qui me propose de diriger la Fondation Jean Jaurès en gestation, aux côtés de Gérard Collomb est une nouvelle chance.

Travailler avec Pierre, Gérard et d’autres bien-sûr, comprendre l’importance qu’a, en Europe et ailleurs, la « France progressiste de la nuit du 4 Aout ou de la déclaration des Droits de l’homme» me confronte à l’univers plus politique.

Avec le recul, avoir eu le privilège de discuter avec François Mitterrand, de déjeuner avec Willy Brandt, de dialoguer avec Robert Badinter aux côtés de Guy Braibant, de cotoyer des démocraties naissantes de l’ex bloc de l’Est (dont certaines se sont manifestement éloignées de cet idéal) était une exception que je ne mesurais sans doute pas alors.

C’est encore Pierre qui me propose de rejoindre la fédération nationale Léo Lagrange. DRH et secrétaire général adjoint pendant dix ans, nous posons collectivement collectivement les bases de ce qui est aujourd’hui l’économie sociale et solidaire. Nous apprenons, au début douloureusement, qu’une association ne peut avoir de grands objectifs que lorsqu’elle est gérée sérieusement.

A cette époque, est-ce que mes amis Yves Blein, Philippe Grosvalet ou moi-même aurions imaginé nous retrouver ensemble dans des fonctions électives ? Ce n’est pas avéré ! Oui, le travail quotidien porté par des valeurs mais également de la rigueur est un moteur citoyen !

Bébé de Juvisy (MA ville de banlieue), il me paraissait normal que je propose d’y être acteur, comme d’autres avant moi avaient contribué à agir pour les autres.

Élu conseiller général de l’Essonne en Mars1998, au sein d’une nouvelle majorité, je succède à André Bussery comme maire de Juvisy en septembre de la même année.

Un maire, comme … beaucoup, ça se plaint tout le temps. On est fatigué, pas assez aimé … Sans doute, mais cette fonction est extraordinaire. Dans la même journée, vous tentez d’améliorer le quotidien d’habitants et portez des choix d’aménagements ou d’infrastructures qui ne se réaliseront que des décennies plus tard. Un seul conseil : aimer les gens (autrement, c’est une fonction sacrificielle, et non républicaine !).

Ces privilèges électifs m’ont permis (successivement !) d’être Vice-Président du STIF dès sa création, de présider le SDIS 91 et l’association nationale des présidents de SDIS, l’OPIEVOY (alors deuxième office public HLM de France), une belle base régionale de loisirs, une mission locale ou un CA hospitalier ou de siéger au conseil supérieur de la fonction publique territoriale.

Etre élu, c’est également assumer une responsabilité. Je pense notamment à la solidarité intercommunale, alors taboue en Ile de France, que nous avons portée dès 1999. 1er VP d’une agglomération, c’est … intéressant. Accepter de dépasser les villes des clochers et des clubs de foot, là, ça reste un enjeu d’avenir !

Etre « seulement élu » … c’est déjà beaucoup, en compétences, en responsabilités, en savoir-faire… sauf pour les employeurs.

Pour moi, l’absence de statut de l’élu local m’a percuté de plein fouet.

Chômeur pendant plus de 18 mois à 55 ans, avec des portes fermées et un CV illisible : « Mais vous n’avez RIEN fait pendant plus de 15 ans ? ». … À certains moments, j’ai même culpabilisé, auprès de mes proches, d’avoir fait des choix qui me paraissaient républicains.

Je ne suis ni haut fonctionnaire, ni retraité, ni rentier … comme la plupart des Français ! Mais, je m’interdis ces reproches ou de conseiller à d’autres, seulement salariés dans le privé, de ne pas prendre le risque : Des élus qui ne ressemblent pas à la France serait aussi absurde que de se gargariser de « société civile » pour éviter le politiquement incorrect du « tous pourris » !

Aujourd’hui, après Idéal connaissances, c’est enfin France urbaine qui me permet, par sa confiance, la qualité de notre travail pour les métropoles, les grandes agglomération et toutes les grandes villes françaises de redonner un sens à la nécessaire cohérence entre l’engagement et la compétence, entre le respect des réalités vécues localement et l’ambition qui nécessite d’avancer !

Pour être enfin complet je ne veux pas oublier le plaisir et l’humilité d’enseigner à des étudiants en première année d’IUT le monde qui est le leur, pour que les institutions puissent également leur « appartiennent »

On ne résume pas ainsi 36 années … mais comme je le conseille à mes enfants ou à des proches, Sciences Po Grenoble m’a beaucoup apporté, sans doute à chaque fois un petit peu dans tous ces moments de ma vie. Je me réjouis de pouvoir le dire ainsi, et j’espère, dans la mesure de mes moyens, être capable de « renvoyer l’ascenseur » !

Etienne CHAUFOUR
Afficher son courriel


19/01/2018

 index des portraits

Index des 300 portraits







 

NOUS SUIVRE :

 

  B.P. 48
38040 GRENOBLE CEDEX 9

  Tél.: 04.76.82.60.26

  Courriel : contact-anciens@iepg.fr

 

    Association des Diplômés de Sciences Po Grenoble © 2017 - Mentions légales

Site déposé à la CNIL sous n° 712940. - Fichier enregistré à la CNIL sous le n° 571998.