ADSPO

 

 

Partager cette page

 

 

« Ancien Directeur adjoint au FMI »

 

Gilbert TERRIER (1975 SP), ancien Directeur adjoint au FMI

« Sciences Po m’a appris à bien structurer mes idées et a élargi mon ouverture au monde, deux éléments très importants pour ma carrière en France et à l’international. »

D’une formation économique et politique à la vie américaine

Originaire de la région Grenobloise, Gilbert Terrier commence sa formation par une maîtrise en économie pendant quatre années, de 1969 à 1973, au sein de l’université Grenoble Alpes. Par la suite, il poursuit sa formation à l’IEP de Grenoble, où il obtient un diplôme d’études politiques en 1975. Motivé par les concours de l’administration publique, il s’inscrit à la Préparation-ENA, et réussira plusieurs concours, dont celui de la Banque de France.

Parti de Grenoble, Gilbert rejoint la Banque de France où il suit une formation pendant dix-huit mois pour ensuite travailler au sein des services étrangers de la Banque en tant qu’adjoint de direction. Sa carrière est par la suite propulsée grâce à un programme de complément d’études mis en place par la Banque de France visant à dispenser une formation supplémentaire aux États-Unis à certains jeunes cadres de l’époque. Son profil est sélectionné et c’est ainsi que Gilbert complète sa formation aux États-Unis, plus particulièrement à l’Université de Chicago. Il y passera deux années au terme desquelles il obtient un Master’s Degree in Economics. Fort de son enseignement Outre-Manche, et après avoir passé cinq années au service de la Banque de France, il intègre le Fonds Monétaire International (FMI) en 1983 où il gravira les échelons jusqu’en 2017, année de son départ en retraite.

Une carrière propulsée par une ouverture internationale en deux temps

Gilbert Terrier commence son parcours au FMI dans les départements géographiques et il finira sa carrière dans le département des finances publiques, où il occupe le poste final de directeur adjoint.

Dans la première partie de sa carrière, il travaille sur différentes zones comme l’Afrique avant de se concentrer plus particulièrement sur l’Amérique latine et les Caraïbes. Au cours de cette période, il part en tant que représentant du Fonds Monétaire International à deux reprises, en commençant par la Jamaïque où il reste deux ans avec sa famille. Par la suite, au moment de la crise argentine (1999-2002) il se rend dans le pays, et y séjourne pendant deux ans et demi. Il passe le reste de sa carrière à Washington aux États-Unis. Gilbert décrit son évolution professionnelle au FMI en deux temps et reconnaît avoir beaucoup appris, notamment quand il a occupé le poste de représentant du Fonds à l’étranger. En général, durant ces moments, même si l’essentiel de son activité se déroule au sein des banques centrale et des ministères des finances, c’est un moment très formateur et enrichissant par les contacts multiples avec les acteurs locaux. De par son poste, le représentant du Fonds Monétaire joue un rôle de conseil sur les questions techniques et la régulation auprès des pouvoirs publics locaux. Il dit que ce rôle est passionnant puisqu’il combine des fonctions techniques et diplomatiques afin d’assurer un dialogue fructueux entre le FMI et les autorités locales. Pour ce faire, il est important de prendre en considération les contraintes politiques et sociales propres à chaque pays et chaque situation économique.

Gilbert garde un fort intérêt pour cette zone géographique de l’Amérique latine après ses nombreux travaux en Argentine, en Colombie qu’il décrit comme assez proche de la culture française sur certains points, au Pérou ou encore au Brésil. De cette période professionnelle dans l’hémisphère sud, il conserve une bonne pratique linguistique de l’Espagnol et du Portugais et rappelle l’importance de pratiquer des langues étrangères.

Sciences Po : une formation qualifiante et reconnue

L’ouverture au monde contemporain et aux relations internationales a été un élément clé de la formation suivie par Gilbert à l’IEP de Grenoble. Les divers thèmes enseignés à Sciences Po, notamment en géopolitique, ont été très enrichissants et lui ont permis d’acquérir une ouverture au monde qui deviendra centrale dans sa carrière. Durant l’entretien, Gilbert souligne également la capacité d’écriture, qui est un point fort de notre école et s’avère aussi être une qualité très recherchée dans le monde professionnel. En effet, la manière dont on communique pour faire passer les informations au sein d’un cadre professionnel est essentielle. Ainsi, Sciences Po est avant tout une école qui forme des étudiants et leur apprend à structurer leurs idées de manière claire afin d’être convaincant en tant que professionnel. Bien entendu, rédiger des rapports dans des pays anglo-saxons est assez différent des travaux attendus en France. Gilbert me confie par ailleurs, avoir suivi des cours pour adopter ses méthodes de rédaction aux méthodes anglo-saxonnes après son arrivée au FMI. Il me confirme que les méthodes acquises à Sciences Po ont été un enseignement précieux et très utile tout au long de sa carrière, aussi bien à la Banque de France qu’au FMI.

Des conseils précieux pour l’avenir

Quand je pose la question des stages à Gilbert Terrier, il me répond que ce sont d’excellentes opportunités de s’ouvrir des portes et qu’il faut les saisir. Les stages à l’étranger sont de très bonnes expériences, notamment dans les pays anglo-saxons. Dans le cas des États-Unis qu’il connaît bien, il évoque la culture du travail, avec des rythmes très soutenus et la nécessité de travailler vite et efficacement ainsi que la capacité de prendre des décisions rapidement. Les Américains restent des « acharnés de travail » et les vacances sont assez rares. Toutefois, Gilbert me confie ne pas regretter son choix et parle de l’image de marque des États-Unis qui perdure dans le temps et où l’initiative individuelle est reine. La formation française bénéfice d’une bonne image en Amérique et c’est un atout à saisir quand on ambitionne une carrière internationale. À l’issue de cet entretien, Gilbert Terrier m’a fourni de nombreux conseils et m’incite particulièrement à enrichir mon réseau de contacts pour développer mon projet professionnel et trouver ma propre voie professionnelle.

Interview réalisée par Elise PLUSQUELLEC (étudiante 3A)
Afficher leur courriel


 

23/02/2023

 index des portraits

Index des 428 portraits







 
 

PLAN DU SITE :

POUR LES ADHERENTS :

L'annuaire des Diplômés
L'annuaire des étudiants
L'annuaire des DRH
L'annuaire des collectivités
L'annuaire des cabinets
Les offres d'emploi

NOUS SUIVRE :




  B.P. 48
38040 GRENOBLE CEDEX 9

  Tél.: 04.76.82.60.26

  Courriel : contact-anciens@iepg.fr

  Association des Diplômés de Sciences Po Grenoble © 2017-2022 - Mentions légales
Site déposé à la CNIL sous n° 712940. - Fichier enregistré à la CNIL sous le n° 571998.

NOUS SUIVRE :

 

  B.P. 48
38040 GRENOBLE CEDEX 9

  Tél.: 04.76.82.60.26

  Courriel : contact-anciens@iepg.fr

 

    Association des Diplômés de Sciences Po Grenoble © 2017-2022 - Mentions légales

Site déposé à la CNIL sous n° 712940. - Fichier enregistré à la CNIL sous le n° 571998.