Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Portrait croisé d'un couple d'administrateurs territoriaux »

 

Delphine GANDON EP. GOUGEON (1999 PES) et Samuel GOUGEON (2000 SP)

 

Delphine et Samuel Gougeon se sont rencontrés à Sciences Po Grenoble il y a plus de dix ans. Après avoir réussi en même temps le concours d'administrateur territorial, ils ont décidé de se marier. Aujourd'hui, ils partagent leur temps entre leurs trois jeunes enfants et leur activité professionnelle. Ils témoignent sur leur parcours depuis l'IEP et nous parlent du métier dans lequel ils s'épanouissent.

« Notre conseil aux étudiants : il faut oser ! »

En entrant à Sciences Po Grenoble, Samuel était déjà attiré par les carrières du secteur public. Il a très vite précisé son projet professionnel en découvrant les métiers exercés par les administrateurs territoriaux et s'est inscrit à la Prep'Ena de l'IEP. En revanche, comme beaucoup d'étudiants, Delphine n'avait pas d'idée précise de la carrière qu'elle souhaitait mener : « Sciences Po était une formation d'excellence qui ne fermait pas de porte et qui permettait justement de découvrir différents domaines d'intérêt. » Lors de son année d'Erasmus à Bonn, elle rencontre
Samuel, qui lui parle de son projet professionnel. Dans le même temps, elle effectue un stage au Bundestag. C'est donc lors de cette année à l'étranger qu'elle décide de présenter les concours administratifs et plus particulièrement celui d'administrateur territorial. Ainsi, après avoir suivi la section Économie politique et sociale (l'actuelle section PES) elle intègre la Prep'Ena de l'IEP.

Quels conseils donner aux étudiants de premier cycle qui cherchent leur voie ? Samuel et Delphine sont unanimes : « D'abord, il ne faut pas hésiter à rencontrer le maximum de professionnels pour qu'ils parlent de ce qu'ils font. Plusieurs rencontres avec des professionnels valent autant qu'un stage d'un mois. Ensuite, il faut multiplier les stages, en essayant d'en faire au moins un tous les ans, dès la première année à l'IEP. Le stage permet de se crédibiliser lors d'un entretien d'embauche parce qu'on utilisera les bons termes et qu'on aura déjà des idées sur les questions évoquées. En tout cas, que ce soit pour trouver un stage ou obtenir un entretien, il faut oser ! Cela implique de se prendre en main, de chercher un stage soi-même sans attendre qu'on nous en propose un... et d'avoir un peu de culot ! »

L'INET, un tremplin entre les années d'étude et le monde professionnel

En 2001, Delphine et Samuel Gougeon réussissent en même temps le concours d'administrateur territorial. Ils entrent donc ensemble à l'Institut National des Études Territoriales (INET) pour une scolarité de dix-huit mois. « L'INET a été un excellent tremplin entre les années d'étude et les années professionnelles. Nous avons découvert ce qu'était le monde territorial, affiné nos choix et nos envies. L'INET nous a mis sur une rampe de lancement pour atteindre ensuite un métier, car lorsque vous apprenez à décrocher un stage à l'école, vous apprenez aussi à décrocher un travail. »

En effet, contrairement aux fonctionnaires d’État qui sont affectés à un poste, les fonctionnaires territoriaux doivent eux-mêmes solliciter les collectivités territoriales qui les intéressent. Ainsi, Samuel a débuté au Conseil régional de la Lorraine et Delphine au Conseil général de la Moselle. Puis ils ont tous les deux travaillé à la Communauté urbaine de Strasbourg, avant de rejoindre le Conseil régional d'Alsace, où ils exercent actuellement des postes très différents. Samuel est Directeur de l'Agence territoriale Centre-Alsace tandis que Delphine est Directrice de la culture, du tourisme et des sports.

INET ou ENA ? Après avoir réussi le concours de l'INET, Samuel et Delphine n'ont pas souhaité continuer à préparer celui de l'ENA pour plusieurs raisons. Tout d'abord, Samuel explique avoir été séduit par la formation au management public proposée par l'INET, une formation indispensable pour un haut fonctionnaire. Ensuite, le concours de l'INET permet l'accès à un grade équivalent à celui des lauréats de l'ENA. Enfin, il existe de nombreuses passerelles entre les administrateurs des deux fonctions publiques. La preuve par l'exemple : Samuel va prochainement prendre un poste de magistrat financier à la Chambre régionale des comptes de Bourgogne Franche-Comté, poste normalement occupé par des Énarques.

L'administrateur : celui qui gère des équipes, des budgets, des projets

Les administrateurs territoriaux forment le principal cadre d'emploi des hauts fonctionnaires de la fonction publique territoriale. Ils sont employés sur des postes de direction dans les collectivités territoriales de plus de 40 000 habitants. Mais au fond, en quoi consiste leur métier ? Pour nous répondre, Samuel reprend une formule de la revue L’Étudiant qui l'avait éclairé lors de sa scolarité à l'IEP : « L'administrateur, c'est celui qui gère des équipes, des budgets, des projets ». En effet, un administrateur est avant tout un manager qui encadre des hommes et femmes. Il gère des enveloppes budgétaires et les optimise au service de projets qu'il faut définir, mener à leur terme et évaluer.

Bien sûr, les métiers que peut exercer un administrateur territorial sont extrêmement variés, en fonction de la collectivité territoriale et du poste choisi. Par exemple, un administrateur territorial pourra être directeur général des services, directeur général adjoint, directeur des finances, directeur des ressources humaines, directeur des affaires sociales... S'il n'existe pas de journée-type d'un administrateur territorial, ce dernier a souvent beaucoup de réunions concernant son équipe, son budget et ses projets, des déplacements sur le territoire qu'il gère et du travail de bureau plus classique.

Delphine nous confirme que la variété de métiers possibles est un très grand avantage. Elle estime qu' « être administrateur, c'est une chance énorme quand on veut travailler dans la fonction publique parce qu'on a des responsabilités très rapidement, des marges de manoeuvre réelles et qu'on voit la réalisation des projets que l'on a lancés. Il faut avoir conscience de notre chance d'avoir eu ce concours. » En revanche, pas question de penser travailler 35 heures lorsque l'on est administrateur territorial. Il s'agit d'un travail prenant nécessitant une disponibilité importante.

« Ce métier commun, une force de notre couple »

Samuel et Delphine sont la preuve qu'il est tout à fait possible d'exercer à temps plein deux métiers exigeants tout en ayant une vie de famille ordinaire. Parents de trois petits garçons dont le plus jeune aura bientôt quatre mois, ils ne regrettent absolument pas leurs choix professionnels. Fiers de leur parcours à l'IEP et à l'INET, ils recommandent aux étudiants de se renseigner sur la diversité des métiers offerts par la fonction publique territoriale. « Bien sûr, il y a toujours des choses perfectibles à l'IEP, à l'INET et dans les collectivités, mais on peut aussi contribuer à les améliorer. » Depuis dix ans qu'ils exercent leur profession, ils sont toujours aussi motivés, heureux d'aller travailler chaque matin et n'ont jamais éprouvé de lassitude.

Exercer le même métier, souvent dans la même collectivité, n'est-ce pas délicat pour un couple ? Laissons à Delphine et Samuel le soin de répondre et de conclure ce témoignage : « Une des forces de notre couple, c'est ce métier qu'on a en commun. Nous échangeons beaucoup, et cela nous a bien aidés lors des premières années de vie professionnelle qui ne sont jamais évidentes pour les jeunes salariés. Notre objectif a toujours été de nous épanouir professionnellement, tout en restant dans la même ville et en ayant du temps à consacrer à nos enfants. C'est notre définition du bonheur, et nous en sommes très proches ! »

Propos recueillis par Pauline RAVET (2013 SP - Carrères Publiques)
Afficher les courriels

 

27/11/2013
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo