Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Portraits croisés »

 

Caroline BOUVARD (PO 2000), Carine TARGE (SP 2000), Elèves Administratices Territoriales

Caroline Bouvard et Carine Targe sont actuellement élèves administratrices territoriales à l’INET, respectivement dans les promotions Vaclav Havel et Simone de Beauvoir. L’INET est l’Institut National des Etudes Territoriales. Il accueille chaque année une cinquantaine d’élèves qui ont réussit le concours d’Administrateur Territorial. Ce concours permet, après 18 mois de formation, d’occuper des fonctions de Direction Générale sur des collectivités de plus de 40,000 habitants. Il peut être passé soit en externe, par des élèves en sortie de Licence ou Master, en interne par des fonctionnaires de catégorie A (Attachés Territoriaux notamment), ou en 3e concours par des professionnels expérimentés du secteur privé.

Etudiantes à l’IEP de Grenoble entre 1996 et 2002, elles nous décrivent leurs parcours, qui se sont entrecroisés à plusieurs reprises.

Vous avez toutes les 2 des parcours professionnels singuliers qui se sont croisés plusieurs fois. Qu’est ce qui vous a le plus marqué ?

Caroline et Carine
La plupart des élèves qui entrent à l’IEP ont un projet, une ambition précise, dans un domaine professionnel bien défini. Nous avons fait toutes les 2 le choix d’avoir des parcours beaucoup plus éclectiques. Et ce qui est drôle dans nos histoires, c’est que sans le savoir, nous avons suivi des chemins très proches, qui se sont croisés à plusieurs reprises. Nous étions dans la même promo à l’IEP (1996-2000), dont un an ensemble en Erasmus à Dublin. Puis nos parcours divergent, mais à un moment de notre carrière, nous avons eu envie de l’humanitaire, de l’étranger, d’autres cultures, de découvrir. Avant de nous retrouver à nouveau à Grenoble autour de la politique de la ville, pour finir quelques années plus tard par nous croiser à l’INET.

Caro
Oui, de mon côté, j’ai commencé par un détour par le privé, sur du développement touristique au Canada, puis chez Philips en Espagne, avant de tomber dans l’humanitaire pour Médecins du Monde au Soudan et plus tard en République Centrafricaine et au Sud Soudan avec Solidarités International (SI).

Carine
Pour moi, l’appel de l’Afrique s’est manifesté à la sortie de l’IEP. A l’époque, le diplôme se réalisait en 3 ou 4 ans, et j’ai préféré partir au Burkina Faso pour un programme de la Commission Européenne, plutôt que de faire un DESS ou un DEA (aujourd’hui master) juste après mon diplôme. J’avais besoin de toucher de près le monde du travail, de confronter les enseignements de Sciences Po à une réalité professionnelle. Puis j’ai passé le concours d’attaché territorial, et suis entrée au Conseil général de l’Isère.

Caro
Dans tous ces voyages, on s’est un peu perdues de vue, et puis en 2008, je suis rentrée en France, j’ai passé le concours d’attaché. Je suis allé travailler pour la ville de Pont de Claix. D’abord dans le culturel, puis dans le développement d’équipements structurant et la politique de la ville ; et au détour d’une réunion politique de la ville, j’ai recroisé Carine !

Carine
Ce furent des retrouvailles inattendues ! A cette période, je revenais de 4 ans passés au Cameroun pour un projet de coopération décentralisée, et je retrouvais un poste de chef de service de la cohésion sociale au Conseil général de l’Isère.

Caro
Pendant un an, nous nous croisons pour le travail, et puis j’engage mon projet de disponibilité pour repartir en mission humanitaire et préparer le concours d’administrateur. Sans savoir que Carine, parallèlement, avait le même projet d’intégrer l’INET.

Carine
Pour moi, j’avais besoin d’évoluer dans mon travail et prendre plus de responsabilités. J’ai décidé de préparer le concours en interne avec l’appui de l’INSET d’Angers (Institut National Spécialisé d’Etudes Territoriales qui assure la formation continue des cadres A des collectivités territoriales). Je suis rentrée l’INET début 2013. Après près de 18 mois de formation et de stages en collectivités, je prépare ma sortie de l’école, et devrait intégrer une collectivité à l’automne.

Caro
Au final, on a une année d’écart sur notre entrée à l’INET, puisque j’ai passé le concours en revenant d’Afrique fin 2013. Je viens donc de rentrer en formation, et d’y retrouver Carine, à ma grande surprise ! Car à l’Inet, les promotions se chevauchent sur 6 mois.

Quels parcours ! Et finalement, que tirez vous de toutes ces expériences ?

Après en avoir discuté, ce qui nous semble le plus important, c’est d’être allées voir ailleurs, pour pouvoir avoir un autre regard sur ce qui se fait dans nos collectivités, apporter un point de vue différent. Toujours se poser la question : « peut on faire autrement, mieux, d’autres le font-ils différemment ? ». Avec l’intérêt d’avoir une vision du secteur public et du secteur privé, qu’il soit associatif ou d’entreprise.

Avoir travaillé sur des missions plus opérationnelles au plus proche du terrain nous semble aussi bénéfique avant d’occuper des postes d’administrateur. Cela nous a permis d’avoir un meilleur sens des réalités quotidiennes des agents, des administrés, des besoins des services, des problématiques d’organisation. C’est enrichissant d’aller voir au plus petit niveau de l’échelle.

Et puis un dernier point : il faut vraiment oser la mobilité ! Ce n’est pas toujours un choix facile, certains employeurs ont encore du mal à en comprendre l’intérêt, mais de plus en plus souvent, c’est une véritable plus value, tant d’un point de vue professionnel que personnel.

Un conseil pour les étudiants de l’IEP ?

Donnez-vous la liberté de faire ce dont vous avez envie ! Il n’y a pas une voie unique pour son parcours professionnel. Il ne faut pas réfléchir de manière linéaire à sa carrière, il faut savoir saisir les opportunités qui se présentent, et prendre aussi parfois des temps de recul pour trouver du sens à ce que l’on fait, même si cela n’a pas toujours de bénéfice immédiat sur son projet pro. Chacun doit faire son propre chemin, et c’est cette diversité qui est riche dans le monde du travail.

Caroline BOUVARD et Carine TARGE
Afficher leur courriel

Caroline BOUVARD : bouvardc@netcourrier.com
Carine TARGE : carinetarge@yahoo.fr


 

30/10/2014
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo