ADSPO

 

 

 

« UNE CARRIERE A L'INTERNATIONALE »

 

LOIC RETHORE (1993 SP)

Pourrais-tu nous résumer ton parcours universitaire ainsi que ta vie professionnelle jusqu’à maintenant ?

J’ai intégré l’IEP de Grenoble après le bac en 1990. J’ai choisi la section “Service Public” car, mon intérêt se portant déjà sur l’international, j’envisageais de passer les concours qui me permettraient de devenir diplomate (ENA ou Quai d’Orsay). J’ai fait deux stages d’été à la direction de la communication du Quai d’Orsay qui m’ont fait réfléchir. A leur issue, j’ai décidé de maintenir le cap sur l’étranger mais de viser le secteur privé qui me paraissait plus dynamique.
Il devenait donc naturel pour moi d’intégrer une école de commerce en “admission parallèle” afin de réaliser ce projet. L’année de ma sortie de l’IEP, j’intégré l’Ecole Supérieure de Commerce de Reims (NEOMA). J’y ai poursuivis des études émaillées de séjours à l’étranger lors de stages et surtout d’un échange de 6 mois dans une université à Sydney en Australie.
Je conseille vivement aux étudiants de faire autant de stages qu’ils le peuvent car c’est le meilleur moyen de valider ou d’invalider leur orientation professionnelle en connaissant la réalité des secteurs dans lesquels ils souhaitent trouver un emploi. De plus, un stage est souvent le début de la construction d’un réseau qui sera crucial pour la suite de leur parcours.

Tu as commencé ta carrière professionnelle à l’étranger et tu n’as jamais travaillé en France ?

Effectivement, je suis parti au Japon en CSNE chez L’Oréal et ne suis jamais revenu pour l’instant pour y travailler. J’ai passé la majeure partie de mon parcours en Asie (Japon, Hong Kong et Singapour) avant de revenir en Australie ou je dirige les filiales de Nespresso en Océanie, région qui couvre l’Australie, la Nouvelle Zélande ainsi les îles du pacifique.

Pourquoi as-tu choisi le Japon pour débuter ta vie professionnelle ?

A l’époque le Japon est la seconde puissance économique mondiale malgré l’éclatement de sa bulle financière. Mon intérêt envers ce pays est tout d’abord professionnel car il offre de multiples opportunités et ensuite culturel car son histoire et sa langue sont fascinantes. J’ai commencé l’étude du Japonais à l’école de commerce puis me suis inscris à Langues ’O en Japonais après mon retour d’Australie. Aujourd’hui je parle, lis et écris couramment le Japonais après 14 années passées dans ce pays. L’apprentissage des langues étrangères est capital dans un monde qui est de plus en plus global et les choix de Langues vivantes 1 et 2 à l’IEP sont autant d’opportunités pour les étudiants d’affiner leurs projets professionnels ainsi que leurs profils.

Quelle est ton opinion sur la présence économique Française dans la zone Asie-Pacifique ?

Je pense qu’elle caractérisée par trois phénomènes. D’abord, l‘implantation des grands groupes français qui est traditionnellement importante notamment dans les secteurs de la banque, l’industrie du luxe et l’industrie lourde. Le développement de ces domaines a été récemment tiré par l’économie Chinoise et connaissent actuellement certaines difficultés liées á leur dépendance vis-à-vis de ce marché. Les exportations Françaises ont connu un récent succès avec la signature d’un contrat qui conduira “Naval Group” à construire des sous-marins en Australie. Ensuite, on observe également un accroissement de l’exportation des talents Français dans les entreprises étrangères locales ou internationales à des niveaux de plus en plus élevés. Enfin, un nombre toujours plus nombreux de jeunes Français tentent l’aventure asiatique et créent leur “Start up” que ce soit en Grande Chine, Singapour, au Japon ou en Australie. Le dynamisme de la présence Française dans la région a d’ailleurs été salué par le Président Emmanuel Macron lors de son passage à Sydney en Mai 2018.

Comment envisages-tu ton avenir professionnel ?

Nespresso faisant partie du groupe Nestlé qui propose de nombreuses opportunités d’évolution professionnelle, je pense que cela peut me permettre de connaitre encore de nouveaux pays et de relever de nouveaux défis.
Par ailleurs, je fais également partie du comité des Conseillers du Commerce Extérieur de la France (CCEF) qui est un réseau de patrons d’entreprises françaises à l’étranger. Celui-ci a pour mission de soutenir l’action des services publics à l’étranger ainsi que de participer au rayonnement de la France. Je compte continuer cet engagement qui me tient à cœur.

Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui souhaitent poursuivre une carrière internationale ?

Tout d’abord je pense qu’il faut bien se connaitre et savoir si l’on est prêt à la vie à l’étranger, hors de ses propres repères culturels. Vivre dans un pays étranger peut apparaitre moins idéal lorsque l’on est arrivé dans le pays de destination et que l’on est confronté à la vie de tous les jours.
Ensuite, il est important d’avoir une curiosité développée ainsi qu’une ouverture qui sont la condition d’un apprentissage des codes du pays d’accueil voire de sa langue.

Le mot de la fin ?

Je conseille aux étudiants de choisir un Master 1 et/ou 2 qui est en adéquation avec leur projet professionnel. Ce dernier est la “colonne vertébrale” de leur future carrière qu’ils doivent commencer à bâtir avant de sortir de l’IEP.

J’encourage également les diplômés à faire une expérience à l’étranger car, outre la richesse culturelle et la flexibilité que cela apporte, cela constitue un atout non négligeable en termes de carrière. Les recruteurs recherchent de plus en plus de jeunes talents ayant une ouverture sur l’international.

 

LOIC RETHORE
Afficher son courriel


02/10/18

 index des portraits

Index des 316 portraits







 

NOUS SUIVRE :

 

  B.P. 48
38040 GRENOBLE CEDEX 9

  Tél.: 04.76.82.60.26

  Courriel : contact-anciens@iepg.fr

 

    Association des Diplômés de Sciences Po Grenoble © 2017 - Mentions légales

Site déposé à la CNIL sous n° 712940. - Fichier enregistré à la CNIL sous le n° 571998.