Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Élève directeur d'hôpital »

 

Anne Sophie DE LIMA LOPES, Élève directeur d'hôpital EHESP (SP 2014)

J'ai de nombreuses fois lu, avec intérêt, les différents portraits de diplômés publiés régulièrement. J'ai souvent été surprise par la très grande diversité de parcours possibles à la sortie de l'IEP, ainsi que par le caractère exceptionnel de certaines trajectoires. J'en ai surtout retenu la possibilité d'atteindre son objectif de carrière, plus ou moins directement, à force de volonté et de travail, mais aussi que, même si rien ne nous destine à faire quelque chose, ou même si l'on peut échouer une première fois, la persévérance finit par payer.

C'est l'idée principale que j'aimerai transmettre à travers mon portrait car, finalement, chaque parcours est différent et individuel. Ce n'est donc pas tant le parcours lui-même qui importe, mais ce qu'il inspire et démontre.

À titre personnel, absolument rien ne me destinait à devenir directrice d'hôpital. Personne dans ma famille ou mon entourage ne travaille dans le milieu hospitalier ou médical. J'ai découvert ce métier, emblématique du service public et au cœur de la société, au cours de mon parcours à Sciences Po Grenoble, lors des stages que j'ai sollicités.

Intriguée par les questions sociales, intéressée par les grandes questions politiques et de société dès le lycée, j'ai décidé d'intégrer un Institut d’Études Politiques. J'étais également intéressée par la grande diversité de débouchés possibles, mais aussi par la caractéristique polyvalence de cette formation. N'ayant pas eu le concours à la sortie du Bac (ES – Lycée Vaugelas, Chambéry), j'ai intégré la Classe Préparatoire aux Grandes Écoles littéraire (hypokhâgne) du Lycée Champollion de Grenoble. Au cours de cette année, très enrichissante bien que difficile, j'ai persévéré dans ma préparation du concours des IEP. J'ai passé et réussi le concours d'entrée directe en 2e année de Grenoble, dans la section Service Public.
Je n'ai pas choisi cette section par hasard. J'avais déjà, au-delà de l'intérêt que je portais aux enseignements proposés, l'envie d'exercer des fonctions d'encadrement dans le secteur public. Je voulais approfondir les questions liées à l'action publique et y prendre part, même si je ne savais pas trop encore vers quel secteur ou niveau d'action (local, national, européen, international) m'orienter.

Lors de ma 2e année à Sciences Po, j'ai eu quelques problèmes de santé qui m'ont amené à fréquenter l'hôpital de l'intérieur, à plusieurs reprises. J'ai alors été fascinée par cette structure, par toutes les procédures que je ne pouvais qu'entrevoir, mais surtout par les interactions multiples entre les professionnels mobilisés pour le soin et la prise en charge optimale des patients. À partir de là, j'ai souhaité mieux connaître l'hôpital, voir son mode de fonctionnement et ses enjeux. J'ai alors découvert le métier de directeur d'hôpital, les fonctions de cet administrateur du service public hospitalier, son rôle de manager et de gestionnaire d'une structure centrale, tant pour son territoire d'implantation que pour le système de santé plus globalement.
J'ai souhaité, dès l'été suivant, faire un stage pour observer ces fonctions sur le terrain. J'ai sollicité un stage au Centre Hospitalier de Chambéry, où j'ai eu la chance de pouvoir observer le travail de la directrice générale adjointe, ainsi que de différents directeurs adjoints (DRH, directeur référent de pôle...). Cette expérience a été révélatrice ! J'ai eu un vrai coup de cœur pour ce métier particulièrement intéressant de par sa polyvalence, la diversité de fonctions possibles mais aussi ses responsabilités.

À partir de là, j'ai orienté mon parcours vers les questions sanitaires et sociales, notamment hospitalières, et la préparation des concours, surtout celui de directeur d'hôpital. J'ai donc choisi le Master Carrières Publiques, dédié à la préparation aux concours de la fonction publique, et notamment aux concours A+ d'administrateur, même si la 2e année est très orientée sur l'ENA. J'ai bénéficié de l'éventail de cours proposés pour préparer au mieux les épreuves classiques des concours (dissertation de culture générale, épreuves de droit public et finances publiques ainsi que les notes administratives ou de synthèse), même si j'ai continué à travailler parallèlement les questions sociales, sanitaires et surtout hospitalières pour coller aux exigences spécifiques des concours sociaux (DH, D3S et l'EN3S).

Pour revenir plus spécifiquement sur la préparation des concours, ce furent deux années relativement difficiles, même si j'en garde personnellement de très bons souvenirs. Évidemment, il y a beaucoup de travail à fournir. La préparation aux concours demande de nombreux sacrifices personnels. C'est un rythme de vie particulier, avec beaucoup, beaucoup, beaucoup de fiches de révisions ! Une organisation personnelle rigoureuse est nécessaire, même si cela est plus facile à dire qu'à faire ! J'ai souvent fait des plannings de travail... mais je ne les suivais pas souvent.
Avec le recul, je me rends bien compte que j'ai fait beaucoup de choses inutiles, et si c'était à refaire, il y a beaucoup de choses que je ferai différemment. Mais on ne peut réellement connaître son mode de fonctionnement et de préparation qu'après quelques mois d'essai... C'est tout à fait normal ! Il faut surtout faire le tri entre la masse d'informations reçues, prendre les conseils et les orientations des professeurs et des intervenants, mais en les adaptant toujours à son mode de fonctionnement ainsi qu'au(x) concour(s) souhaité(s).

Le plus important il me semble est de se concentrer sur le nécessaire, on ne peut pas tout apprendre ! Il ne s'agit évidemment pas de faire des impasses sur les programmes, mais il est plus « rentable » de passer plus de temps sur les thématiques et grandes notions incontournables que de s'acharner sur des points de détails.
De la même manière, il faut accepter de « rentrer dans les cases » et de se plier aux règles de chaque concours. Le fond compte évidemment, mais les épreuves sont surtout des exercices de forme. Il faut rassurer les correcteurs, leur montrer rapidement que l'on a les connaissances de base nécessaires, une réflexion claire et pertinente, mais surtout le profil recherché.

Néanmoins, il faut savoir s'octroyer des moments de détentes et de loisirs, selon les goûts de chacun. Pour ma part, il était important d'aller au cinéma, de lire des livres pour le plaisir (sans les ficher pour une fois), mais aussi de cuisiner, de sortir, de retrouver ma famille et mes proches. Cela fait aussi partie du processus d’enrichissement qui pourra « payer » lors d’un oral de personnalité et qui contribuera à faire des candidats des personnes épanouies.
Je trouve également nécessaire et très pertinent de travailler en groupe. Pour ma part, c'est l'un de mes meilleurs souvenirs de prépa ! Au vue de la quantité de travail à fournir, il est impossible de tout faire seul. La prépa est semée d'embûches et il est plus facile d'y faire face à plusieurs. On travaille et on s'organise ensemble, on se soutient, on se motive, mais surtout on croise nos points de vue, nos domaines de compétences et de prédilection.
Enfin, au-delà de l'apprentissage et des révisions nécessaires à la préparation des concours, l’entraînement en conditions réelles reste la meilleure école, surtout pour les oraux d'admission. Il est donc intéressant de passer plusieurs concours pour s'entraîner et se tester lors de « vraies » épreuves. Néanmoins, il faut trouver un équilibre car il ne s'agit pas de passer tous les concours possibles. Il vaut mieux cibler car les concours sont épuisants et dans le cas où l'on est admis, il n'est pas toujours évident de renoncer à un emploi !

Pour ma part, j'ai passé plusieurs concours dès la fin de la 4e année, dont celui d'inspecteur des Finances Publiques. Au-delà de l'objectif d’entraînement, j'étais bien consciente de la sélectivité du concours de directeur d'hôpital et j'ai voulu diversifier mes candidatures pour maximiser mes chances de réussite. Je me suis donc inscrite aux concours qui m'intéressaient, parmi ceux qui offraient des fonctions managériales et de gestion, avec divers métiers possibles et des perspectives de carrière porteuses (DGFiP, EN3S et D3S). J'ai été admissibles à plusieurs d'entre eux, faisant que j'ai pu passer plusieurs épreuves orales et développer des réflexes et des méthodes qui m'ont été très utiles à l'heure des oraux d'admission de directeur d'hôpital.
De la même manière, j'ai fini ma préparation en sachant que j'avais obtenu un concours (les résultats du concours d'inspecteur DGFIP sont tombés fin février) et j'ai donc pu me concentrer, plus sereinement, sur la préparation des concours sociaux, qui restaient mon objectif principal.
J'ai donc commencé la formation d'inspecteur stagiaire des finances publiques à l’École Nationale des Finances Publiques de Clermont-Ferrand en septembre 2014. Ainsi, j'ai donc préparé et passé mes oraux pour le concours de DH en parallèle de cette formation.
Maintenant, une nouvelle vie commence. Je vais intégrer la formation de directeur d'hôpital en janvier 2015, pour 24 mois, à l'EHESP de Rennes. Celle-ci est composée de 3 stages qui représentent, au total, la moitié de la formation. C'est une formation professionnalisante, portant sur de nombreuses matières, en cohérence avec la polyvalence du métier de DH.

Concernant Sciences Po Grenoble, je retiens surtout la diversité de notre formation. Nous avons des connaissances, basiques ou approfondies en fonction de nos cursus et orientations personnelles, dans de très nombreux domaines. Cela a réellement été utile pour les concours. De la même manière, chacun peut trouver sa voie, en fonction des sections, mais encore plus grâce aux différents masters et possibilités de mutualisation avec les autres IEP.
Au-delà du fond, la formation de l'IEP offre vraiment des compétences sur la forme, notamment pour les épreuves orales. Il en est de même pour les capacités de synthèse et de rédaction. Ce sont des avantages incontestables, notamment pour les concours.
Je retiendrai aussi des enseignements mémorables, portés par des enseignants emblématiques, qui nous ont tous marqués par leur enthousiasme, voire leur passion, pour leurs thématiques de travail, ainsi que par leur implication pour les étudiants et la transmission de savoirs et de réflexions. Ainsi, ces années passées à l'IEP ont surtout été des moments d'évolution intellectuelle, de construction, d'épanouissement personnel, de découverte et de débats. Enfin, l'IEP c'est aussi de très belles rencontres, de grands moments (le grand O ou le mémoire par exemple) qui, sur le moment, sont difficiles à vivre mais dont on garde, a posteriori, de très bons souvenirs !

Si j'avais quelques conseils à donner aux actuels étudiants de l'IEP, je leur dirai d'abord de profiter de leur période d'études, d'une certaine manière de la savourer et de se faire plaisir ! C'est réellement l'occasion de travailler et d'approfondir des thématiques qui les passionnent. De la même manière, il me semble essentiel de faire des stages, ou de travailler, de saisir et d'aller chercher des opportunités – notamment grâce à l'annuaire des diplômés – pour enrichir leur parcours et approfondir leurs compétences sur le terrain.
Ensuite, je leur conseillerai de croire en eux, en leurs projets et en leurs capacités. Il ne s'agit pas de s'autocensurer mais de se fixer des objectifs et de se donner les moyens de les atteindre, plus ou moins directement. Pour ce qui est des concours plus spécifiquement, certains peuvent sembler trop difficiles ou inatteignables mais ils le seront d'autant plus si l'on considère que l'on ne les aura jamais ou si l'on ne se donne pas les moyens de les obtenir ! Il faut avoir une vision réaliste en ce sens qu'il faut avoir conscience du niveau à atteindre et du travail à fournir pour obtenir le concours mais il faut y croire, s'accrocher, beaucoup travailler, et tout donner pour ne rien regretter.
Enfin, je pense qu'une vision de plus long terme est aussi pertinente et plus rassurante. D'autres concours existent et permettent de très bien lancer une carrière, tels des tremplins, pour retenter ensuite les concours A+ en interne. Il faut surtout ne pas avoir d’à priori et réellement chercher à connaître les différents métiers possibles, au-delà du concours lui-même qui n'est finalement qu'une porte d'entrée.



Anne Sophie DE LIMA LOPES
Afficher son courriel

 

02/02/2015
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo