Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Nicolas VERNEY (2000 SP) au coeur des systèmes d'information »

 

 

- De manière synthétique, quel est ton parcours scolaire et professionnel ?
Mon parcours scolaire est plutôt atypique. Après un bac Scientifique, j’ai opté pour une classe prépa HEC avant d’intégrer l’IEP Grenoble (IEPG). Ensuite, après avoir travaillé trois années, j’ai réalisé un mastère spécialisé en management des systèmes d’information (SI), en part time, avec une école de commerce et d’ingénieur.
Côté professionnel, j’ai démarré en août 2001 (juste avant que les recrutements s’effondrent suite au 11 septembre) dans un cabinet de conseil en SI. Puis, j’ai ensuite intégré mon client (en l’occurrence le Groupe La Poste) avant de repartir dans le consulting, pour enfin aller dans une entreprise du secteur des utilities, GDF SUEZ.

- Quelle est la cohérence derrière ces choix ?
Mon idée lorsque j’ai rejoint l’IEPG était de devenir fonctionnaire dans le domaine informatique. J’ai toujours été passionné d’informatique et l’idée de reproduction sociale ne me déplaisait pas : je suis fils de fonctionnaires ! Puis, au cours de ma scolarité à l’IEPG, j’ai eu l’opportunité de réaliser deux stages professionnels de plusieurs mois au sein de la Direction des Systèmes d’Information (DSI) de la Ville de Grenoble.

- Quels enseignements as-tu tiré de tes stages ?
J’en ai tiré deux enseignements. D’une part, je ne souhaitais pas travailler dans la partie technique (c’est la partie la plus visible avec l’informatique et les télécoms) mais dans le volet fonctionnel des systèmes d’informations. D’autre part, j’ai estimé que les perspectives d’emploi m’étaient plus favorables dans le secteur privé. Aussi, j’ai souhaité démarrer mon parcours professionnel en rejoignant un cabinet de conseil en SI à Paris. En 2001, la fin de la bulle internet offrait l’opportunité à des non informaticiens de rejoindre directement des cabinets de consultings en SI pour les former.

- Selon ton profil sur les réseaux sociaux professionnels LinkedIn / Viadéo, tu es aujourd’hui « urbaniste en systèmes d’information ». Que fais-tu ?
On ne construit pas une maison sans architecte, comme on ne construit pas une ville moderne sans urbaniste. Cette métaphore a été reprise dans le domaine des systèmes d’information.
La fonction d’urbaniste SI est apparue dans les grands groupes il y a quelques années pour mettre sous contrôle le processus d’évolution des SI : l’informatique a tendance à croître avec le temps. A chaque besoin, il y a une nouvelle solution, ce qui engendre des coûts supplémentaires, une complexité accrue, des problématiques de maintenance, de maîtrise de l’existant et des difficultés à le faire évoluer.
Un urbaniste en SI travaille sur des activités très diverses, pour faire en sorte que l’évolution du SI soit plus en phase avec les attentes des parties prenantes (direction générale, directions métiers, utilisateurs et clients finaux) et que le SI soit lui-même plus évolutif et modulaire.
Pour en savoir plus sur les métiers en systèmes d’information, le Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises (CIGREF) met à jour régulièrement la nomenclature des emplois dans ce domaine.

- Concrètement, sur quoi travailles-tu ?
Dans ma fonction actuelle au sein d’une DSI à GDF SUEZ, je travaille sur des sujets divers et variés comme la veille, l’innovation, l’architecture SI, les schémas directeurs, l’émergence de projets SI, la gestion de risques SI... Dans une DSI européenne, je suis amené à travailler dans un contexte plus anglophone et à appréhender les différences de culture. Au sein d’un service de gouvernance SI, mes activités visent par exemple à donner un cadre, des règles ou un langage communs et à lancer des initiatives pour faire avancer des sujets transverses. Cela passe par de l’animation fonctionnelle et du travail en réseau avec de nombreux interlocuteurs.

- Travailler dans les systèmes d’information en provenant de l’IEP de Grenoble, est-ce une chance ?
Quand on travaille sur un projet SI qui vise à construire une nouvelle application informatique ou à bâtir un schéma directeur SI pluri-annuel par exemple, penser que leur réussite se réduit à la seule gestion du tryptique classique (qualité, coût & délais) est une illusion. Lorsque l’on travaille dans ce domaine, de surcroît dans une entreprise large et complexe, il convient de prendre en compte la résistance au changement, les croyances, les relations d’organisation et de pouvoirs ainsi que les enjeux personnels.
En outre, je reste convaincu qu’une formation pluridisciplinaire en sciences sociales comme celle délivrée à l’IEPG est un formidable atout, parce que la première ressource qui constitue le système d’information d’une organisation est l’humain.

- Que t’as apporté ton passage à l’IEP de Grenoble ?
Au-delà des bons souvenirs et de personnes que je n’oublierai pas, l’IEPG m’a permis de travailler mon savoir-être (sens critique, capacité d’analyse, synthèse, polyvalence, sens de l’adaptation, curiosité, ouverture, décryptage du monde environnant) et d’affiner mon projet professionnel.

- Quelle est la prochaine étape ?
Je n’exclus pas l’idée de transmettre (par exemple en donnant des cours sur les SI, l’urbanisme SI, l’innovation SI…).

- Un dernier message pour les élèves actuels de l’IEPG ?
A l’heure où vous réfléchissez à votre avenir professionnel, n’oubliez pas que le domaine SI est un secteur d’activité relativement large qui continue de recruter en France et en Europe. Qui peut aujourd’hui travailler sans informatique, sans télécoms, sans Internet ?
Si le sujet vous intéresse, vous pouvez aller au-delà de votre rôle de simple utilisateur. Il y a des postes en SI dans l’administration, les grandes entreprises … et même les startups ! Certes, la concurrence est rude avec des candidats en provenance d’universités, d’écoles de commerce ou d’ingénieurs : mais vous avez des atouts.
Enfin, à l’heure de la génération Y et du Web 2.0, n’oubliez pas les réseaux sociaux professionnels et le networking, en particulier pour clarifier votre projet professionnel !

Nicolas Verney
nicolas.verney@gdfsuez.com

05/12/2012

      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo