Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Elève commissaire de police »

 

Jordan COURBY, élève commissaire de police.

J’ai débuté ma scolarité de commissaire de police à l’ENSP (école supérieure de la police) tout récemment en septembre 2014. Comment ai-je fait pour me retrouver là bas ? Après mon bac S en 2008, j’ai intégré Sciences Po Grenoble avec l’envie de passer les concours administratifs. A cette fin, j’ai suivi en parallèle un cursus de droit à l’UMPF qui m’a permis d’obtenir une licence. C’est ensuite que les évènements se sont accélérés : en 3ème année à l’IEPG j’ai réussi le concours d’entrée en master Politiques publiques à Sciences po Paris. D’aucun aurait choisit d’intégrer Paris directement mais j’optais pour reporter ma scolarité parisienne d’un an afin de suivre le M1 Carrières publiques à Grenoble. Durant ce M1 grenoblois, le but était de réussir un concours de catégorie A afin de valider automatiquement le M2 et être diplômé de l’IEPG. D’autant plus qu’un master est nécessaire pour présenter le concours de commissaire de police. Cette stratégie s’est avérée payante puisqu’à la fin du M1 grenoblois j’étais admis au concours de D3S (directeur d’établissement sociaux et médico-sociaux). Suite à cela, j’ai intégré Sciences Po Paris pour mon second M1 avec l’avantage d’avoir, quoi qu’il advienne, le diplôme de l’IEPG. Durant ce second M1, j’ai pu bénéficier de tout le réseau parisien et préparer efficacement le concours de commissaire de police que j’ai réussi à la fin du M1 parisien. C’est un peu compliqué mais si vous m’avez suivi vous avez compris que je n’ai jamais fait de M2 mais deux M1 qui m’ont permis d’être diplômé de l’IEPG et de réussir le concours de commissaire de police.

Bref, le comment est une chose, le pourquoi une autre : il serait faux d’affirmer que je voulais devenir commissaire de police depuis mes 3 ans et que c’était ça, sinon Paul Emploi. J’avais d’autres concours en tête dont celui de directeur d’hôpital. Si je peux vous donner un conseil, le concours de directeur d’hôpital tout comme celui de commissaire sont de très beaux concours si vous désirez être en position direct de manageur. Quand on sort de l’ENA, aussi prestigieuse soit elle, vous n’avez pas forcément à diriger 200 hommes et femmes. Il en va tout autrement pour ces deux concours. Quant aux domaines, la sécurité et la santé sont au cœur des enjeux de notre société.

Que fait-on quand on est commissaire de police ? Vous êtes en relation avec le procureur, le maire, divers bailleurs sociaux pour mettre en place quotidiennement la lutte contre la délinquance. Vous déterminez les priorités d’action à vos agents. Vous pouvez gérer des services très divers comme ceux de police judiciaire, des renseignements, de sécurité publique (BAC, police secours, …), etc.

Dernier point, est ce faisable de réussir le concours ? Je pose cette question car lorsque j’étais sur les bancs de l’IEPG, cela me paraissait très… très difficile. Oui c’est difficile mais loin d’être impossible. Il faut être prêt à travailler sans pour autant abandonner toute vie sociale (j’ai une copine et ça a très bien tenu).

J’espère que cette présentation brève de mon parcours vous aura éclairé sur les débouchés possibles de l’IEPG.

Jordan COURBY, élève commissaire de police
Afficher son courriel

 

02/02/2015
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo