Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Une diplômée au service du mécénat culturel »

 

Ancienne élève de l’IEP, diplômée d’un DESS gestion de fortune et d’un Master Administration des Entreprises, Bérangère ARMAND (2000 SP) opère un véritable virage professionnel en créant Mécènes des Alpes-Maritimes.

Entretien avec une jeune femme qui souhaite partager l’idée qu’une belle entreprise est une entreprise qui allie business et engagement pour la cité.



Pourriez-vous résumer rapidement votre parcours universitaire et professionnel ?

Après onze années passées à BNPP en gestion de fortune, j'ai fait cette année un Master Administration des Entreprises à l'Institut d'Administration des Entreprises de Nice.

J’ai éprouvé le besoin d’avoir des missions qui contribuent à l’intérêt général, ce qui -je crois- constitue l’essence des valeurs transmises à Science Po.

L’envie d’entreprendre et le besoin d’avoir une action quotidienne contribuant à l’intérêt général m’ont toujours accompagné.

Mon diplôme de Science Po, ainsi que le Master Administration des Entreprises m'ont donné les clés pour entreprendre, c’est pourquoi, j'ai crée cette association qui s'appelle "Mécènes des Alpes-Maritimes".


Pourquoi avoir créé cette association ? Qu’apporte le mécénat à la société?

Cette association d'intérêt général a pour but de faire le lien entre l'entreprise et l'art avec l'objectif triple de :
contribuer à valoriser un territoire,
donner des moyens aux artistes pour créer,
permettre aux entreprises d'avoir un positionnement engagé et citoyen.

Cette association me permet de réunir mes deux passions : l’art et la culture d’une part, et mon admiration pour l’esprit d’entreprise d’autre part.

Ces deux mondes se connaissent mal, et parfois ne s’apprécient pas.

Pour moi, l’entreprise bénéficie dans notre pays d’un certain nombre d’éléments offerts par l’Etat qui ne vont pas de soi : des infrastructures pour faciliter les échanges, un système éducatif qui permet d’avoir des collaborateurs performants, une sécurité juridique des actes, un système social qui prend soin de ses employés…

Certes, l’entreprise contribue déjà très largement à l’intérêt général par l’impôt et par la création d’emploi et de richesse.

Mais, dans cette période de crise profonde, elle peut choisir de s’engager plus encore pour l’intérêt général et le lien social.

Par ailleurs, les acteurs culturels doivent accueillir l’aide de l’entreprise comme une chance, une ouverture, sans a priori. L’entreprise et son patron sont trop souvent mal considérés dans le champ culturel. Le chef d’entreprise est parfois accusé d’arrière-pensées fiscales, de calculs d’ordre marketing et son action peut être mal interprétée.

Or si elle en tire un bénéfice pour son image, il ne faut pas oublier que l’entreprise prend un risque double avec le mécénat :
un risque d’image en associant son nom à un projet,
un risque financier, car il s’agit d’investir dans un bien qui ne contribue par directement à de la création de valeur pour l’entreprise.

Mon rôle sera de faire le lien entre l’entreprise, les artistes et les collectivités, de présenter à chacun quels seront ses engagements et ses bénéfices.


Pouvez-vous nous donner des exemples d’actions que vous souhaitez mener ?

L’association et les entreprises membres décideront ensemble des projets à aider, du discours à créer, des rencontres à inventer.

Je travaille actuellement à trois grands projets :
un projet autour d’un lieu du patrimoine que des artistes plasticiens et photographes pourraient investir,
un projet de scénographie de brins d’herbe géants pour un parfumeur grassois à décliner en « mouillettes » pour tester les parfums,
un projet de « land-art urbain » sur des architectures d’entreprises avec un grand nom de l’art…

Il s’agit pour moi d’aller à la rencontre de l’entreprise, de définir avec elle ses valeurs, son histoire singulière afin de mener des actions qui fassent sens pour elle, pour ses salariés, pour l’artiste et pour le territoire… comme le ferait un commissaire d’exposition pour un lieu artistique.


Le mécénat est dans le feu de l’actualité, que pensez-vous de la volonté de rabot du gouvernement dans ce champ ?

En effet, notre Ministre de la Culture a dans ses projets la réduction des avantages fiscaux liés aux dons faits par les entreprises.

Cela entrainerait indéniablement une baisse de ressources pour la création. Les acteurs de l'art et de la culture sont sous le choc, des pétitions circulent, car le mécénat est l’une des sources majeures de son financement. Les associations, les compagnies de théâtre et de danse, les orchestres, les musées ...voire les lieux à caractère historique craignent ces changements qui pourraient signifier leur fin.

Pour moi, la culture est d'une certaine manière l'industrie de la France. Elle est à notre pays ce que l'industrie chimique est à l'Allemagne et la finance à l'Angleterre.

La culture participe, contribue à la renommée de notre pays et nourrit cette marque qu'est la France dans le marché ultra concurrentiel du tourisme mondial.

De plus, le mécénat est au cœur de l’histoire de l’art. Il y a toujours eu de grands mécènes, et leur apport, leur soutien a permis de grands témoignages, de belles traces extrêmement qualitatives auxquels il convient de rendre hommage.


Le mécénat est-il réservé aux entreprises ? Qui peut vous aider à mener à bien votre projet ?

Le mécénat s’adresse à tous : aux entreprises comme aux particuliers qui bénéficient, aujourd’hui, de la même réduction d’impôt (avec des plafonds à respecter).
Avantage fiscal pour les particuliers :
Les dons des particuliers sont déductibles de l’impôt sur les revenus à hauteur de 60%
Avantage fiscal pour l’entreprise :
Réduction de 60% du don sur l’impôt sur les sociétés.

Par ailleurs, une entreprise peut aider par un apport en compétences ou en nature, il ne s’agit pas nécessairement de sommes d’argent.

Enfin, je suis preneuse de soutien des collectivités, car l’enjeu est la valorisation du territoire par le dynamisme culturel et l’accès de la culture au plus grande nombre.

Les collectivités peuvent me rejoindre dans ces objectifs que nous partageons.


Pour contacter le MAM :
Bérangère ARMAND
Présidente de Mécènes des Alpes-Maritimes
06 09 06 17 36
contact@mecenesdesalpesmaritimes.fr
berangere_a@hotmail.com
www.mecenesdesalpesmaritimes.fr (site en création)

02/07/2012

 

      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo