Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Rédacteur en chef »

 

Laurent GAURIAT (1988 PO) a passé 25 ans de sa vie professionnelle avec un Nagra en bandoulière du bout de la rue aux quatre coins du monde. Grand reporter à France info à partir de 1997, il a couvert la mort de mère Theresa, le passage à l'euro, la deuxième intifada dans les territoires occupés, la mort de lady Di, quelques voyages du pape Jean-Paul II, la guerre dans les Balkans. En 2001, il fut l’un des tous premiers journalistes européens à faire des directs et de nombreux reportages sur les ruines encore fumantes du World trade center. Journaliste sportif de haut vol, il nous a entraînés du Paris-Dakar, à la coupe du monde de Rugby en passant par le Vendée Globe. Passé aussi par France Inter, il a créé avec Pierre-Louis Castelli le magazine "Voix du large" (plus de 2 millions d’auditeurs). Il est aujourd'hui rédacteur en chef de France Bleu Gard Lozère et intervenant pédagogique en école de journalisme.

Quelle a été l’apport de votre formation Sciences Po dans votre métier ?

« Je dirais que Sciences Po est LA voie royale pour le métier de journaliste et ce à différents niveaux.
Tout d’abord, cette formation donne toutes les chances de réussir le concours d’entrée en école de journalisme. Deuxièmement, elle a été d’une aide inestimable dans ma pratique journalistique. Elle m’a permis d’acquérir une méthodologie de travail, un esprit de synthèse (fondamental pour faire ressortir la quintessence de l’info après la lecture de centaine de pages de dépêche, dossier, rapport ou autre) et d’avoir un œil critique sur le terrain pour mieux décrypter l’info, ne pas être dupe et lire entre les lignes. »

Comment en êtes-vous arrivé à devenir journaliste radio ?

« La radio est un média dont je me sens proche et qui me ressemble, à la fois souple et indépendant. Il y avait une culture radio à la maison. Très jeune, j’ai eu envie de tenter une école de journalisme pour passer de l’autre côté du miroir.

Le déclencheur ? Ma rencontre avec Joël Cuoq (avec qui j’écris aujourd’hui ce livre) alors que je n’avais que 18 ans ! J’ai eu la chance de faire un stage à Radio France Drôme, ce fût la révélation.J’ai su que je ne ferai jamais rien d’autre. Il m’a d’ailleurs conseillé de faire Sciences Po pour mieux réussir dans ce métier difficile. S’en est suivi 5 années de piges à Radio France Isère durant mes années à Sciences Po, puis à Radio France Provence tandis que j’étais en école de journalisme à Marseille. La suite a été un concours d’heureuses circonstances. Ces années d’expériences avant mon diplôme m’ont ouvert en grand les portes des rédactions. »

Et maintenant ?

Après 25 ans de reportage au local, national et même à l’international, la création du bureau Radio France Ardèche et celui de Marseille, je me tourne désormais vers deuxautres volets : la transmission et l’encadrement. Le 1e grâce à des interventions en école de journalisme ou je forme à mon tour les voix de demain. Le 2e me permet de passer de bâtisseur à architecte : trouver les bonnes personnes qui feront les bons sujets, les accompagner dans leur travail.

Je découvre donc de nouvelles facettes de ce métier qui ne cesse de me passionner.

Et bien entendu, je reste ouvert à toutes les propositions qui pourront déboucher. Ce livre va dans ce sens. Il m’offre la possibilité de laisser une trace de cette expérience à travers une synthèse de ce que l’on peut apprendre dans une rédaction. Enfin, il est aussi et surtout l’aboutissement d’une longue amitié entre 2 journalistes de 2 générations, 2 confrères complémentaires !


Laurent GAURIAT
Afficher son courriel


12/04/2016
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo