Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Directrice d’Alto »

 

Louise DURETTE, directrice d’Alto – solutions artistiques, une structure d’accompagnement de projets artistiques
IEP Amérique Latine 2010

Louise, en guise d’introduction, peux-tu nous retracer ton parcours depuis ta sortie de l’IEP de Grenoble ?

Après mon master Amérique Latine à l’IEP en 2010, je suis rentrée à Paris où, avec le concours d’une de nos intervenantes professionnelles de l’IEP, Inès DA SILVA, j’ai pu effectuer un stage puis un CDDcomme Chargée de mission à Cultures France (Institut français). À l’issue de cette expérience, je possédais de solides compétences en coordination de projets et communication culturelle. Surtout, je disposais d’un réseau grandissant, particulièrement en Amérique latine où depuis le master je n’ai cessé de voyager régulièrement. Grâce au rôle joué dans l’organisation de l’Année du Mexique, du Tandem Paris-Buenos Aires ainsi que dans la coordination du Bicentenaire des Indépendances d’Amérique latine et des Caraïbes, j’ai pu élargir ce réseau et me faire connaître auprès des acteurs culturels français et latino-américains.

En 2011, j’intégrais Cross-Media Culture, une société de conseil etingénierie culturels, en tant que Chargée de projets. J’étais notamment responsable de l’accompagnement d'artistes et de projets culturels (programmation, diffusion, production, mise en œuvre, suivi de projets artistiques et d’événements culturels) et de recherche de financements publics et privés pour ces projets.

À partir de 2012, j’ai continué mon travail en tant qu’indépendante. Pour le compte de Cross-Media Culture et CLB Management notamment, j’ai développé une activité de production déléguée de tournées de spectacles en Amérique latine, aux États-Unis, en Algérie et en Europe. En parallèle, j’ai également créé certains projets artistiques comme Le Rendez-Vous, un festival de musique classique en milieu rural ou encore Dessine-moi une musique, un spectacle mêlant piano et dessin pour le jeune public.

En 2014, je me suis lancé un défi : créer une structure d’accompagnement de projets artistiques, Alto – solutions artistiques. Entre la conception du projet en mars 2014 et le lancement officiel le 19 janvier dernier, 9 mois ont passé. Nous sommes à présent une équipe de trois personnes composée d’une graphiste et d’une chargée de communication et de développement. Nous avons un site internet flambant neuf, de beaux projets en perspective, en Amérique latine, en France, en Chine, en Algérie…

Qu’est-ce qui caractérise ton parcours ?

Je dirais en premier la recherche de l’excellence, une exigence que je me pose à moi-même et qui définit la plupart des artistes avec lesquels je travaille.
Et en deuxième, les rencontres, l’ouverture d’esprit : tous les projets culturels que j’accompagne ont cette particularité qu’ils transcendent les frontières, les classes sociales, les cultures. Ma formation à Grenoble a largement contribué à donner cette orientation à mon travail.

En somme, à l’aune de ton expérience professionnelle, es-tu contente de ton choix d’avoir intégré l’IEP ?

Bien sûr, en plus de m’avoir apporté une solide formation universitaire dont j’ai besoin tous les jours dans mon métier, j’ai aussi pu découvrir un continent, l’Amérique latine, qui a façonné mon travail en France pendant de nombreuses années. La cerise sur le gâteau, si je puis dire, c’est que nombre de mes camarades de l’IEP sont restés des amis et certains d’entre eux sont même devenus des collègues de travail et des collaborateurs.

Et pour finir, comment vois-tu l’avenir du secteur culturel ?

Très positif, si nous l’encourageons à mettre en place de nouvelles pratiques qui le renouvelle. Cela passe par beaucoup de vecteurs : une communication dynamique, l’utilisation des réseaux sociaux, de nouveaux modes de financement… Ceci permet aux projets d’être durable, plus visibles.

Ces nouvelles pratiques, nous les appliquons à Alto : notre site internet se veut moderne, nous souhaitons réunir une communauté autour de nos projets grâce à Facebook, twitter, Instagram... Alto a aussilancé une campagne de crowdfunding*qui dure jusqu’au 15 février.Elle vise à réunir une partie des fonds indispensables à sa création. Ceci crée du lien et permet à rendre plus visibles nos activités et nos projets. C’est une belle aventure dans laquelle on se sent soutenus, et c’est essentiel à notre épanouissement.


Louise DURETTE
Afficher son courriel

 

02/02/2015
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo