Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « La logistique, un secteur qui vous transporte… »

 

Eric Peigné (EF 1989)


Est-on un OVNI dans le transport routier et la logistique après avoir fait Sciences Po ?

Il y a 20 ans le secteur attirait assez peu les diplômés et ceux de Sciences Po encore moins. Le gros des troupes opérationnelles des sociétés de transport et de logistique étaitprincipalement des autodidactes et je reconnais avoir été observé de façon amusée et curieuse par certains collègues, promus cadres après une dure et longue expérience du terrain.

Cela signifie donc que ta progression a été moins dure grâce à ta formation ?
Mon évolution a assurément été plus rapide mais peut-être pas moins difficile car j’avais à la fois à légitimer ma position de jeune cadre et à passer par des missions très terrain pour acquérir les bases et prouver que je n’avais aucune aversion à « fréquenter les quais ». Ces expériences de terrain m’ont été très profitables d’un point de vue technique mais aussi et surtout dans la découverte que la « bonne fabrication » des activités de services repose avant tout sur un fort engagement des hommes, à tous les niveaux de l’organisation.

Comment es-tu donc arrivé dans ce secteur ?
Pas complètement par hasard. Une formation en logistique avant l’IEP m’avait fait découvrir ce secteur passionnant dont on disait qu’il serait de plus en plus considéré comme une fonction stratégique pour les entreprises, qu’il était promis à une forte croissance et qu’il connaîtrait une phase de concentration et d’industrialisation. Il se trouve qu’un séminaire sur l’industrie automobile était créé à l’IEP quand j’y suis arrivé. J’avais déjà fait quelques expériences de stagiaire en logistique dans cette industrie, la passerelle était donc toute trouvée pour intégrer un groupe de prestations logistiques filialed’un constructeur automobile. La vie est aussi faite de rencontres et j’ai eu la chance de croiserquelques personnes clés, enseignants et praticiens, qui m’ont transmis le virus de l’aventure logistique.

La situation est-elle toujours la même quant aux formations ?
Les choses ont beaucoup changé, cette branche d’activité a pris conscience de la nécessité d’intégrer des profils adaptés à la complexité de ce secteur qui développe des réseaux à l’échelle planétaire et qui peut contribuer de façon significative à la compétitivité des groupes industriels et commerciaux. Il existe désormais de nombreuses formations supérieures spécialisées en transport et logistique ainsi que des spécialisations post-école d’ingénieurs, école de commerce ou IEP.Il ne peut être que conseillé à un diplômé de Sciences Po qui souhaiterait faire carrière dans ce secteur de suivre une formation spécialisée afin de se donner des chances d’intégrer la profession et d’y réussir.

En quoi la formation IEP Eco-Fi a été profitable dans ton parcours dans le transport et la logistique ?
J’ai débuté en Allemagne et la condition première de survie était la pratique intense des langues étrangères, une discipline qui compte à l’IEP ! Vivre à l’étranger, même dans un contexte aussi peu exotique que l’Europe, requiert aussi de la curiosité, il faut faire preuve d’autonomie, d’initiative et de débrouillardise, la formation à l’IEP est certainement une très bonne école pour cela. J’ai travaillé en ex-Allemagne de l’Est, peu de temps après la chute du mur de Berlin, je représentais là-bas un groupe français de transport, la sensibilité aux sujets géopolitiques développée à Sciences Po a sans doute contribué à me passionner pour cette expérience « live » de la réunification allemande et de ses conséquences économiques. A mon retour en France, j’ai participé activement à des projets de développement de réseaux européens de transport terrestre par croissance externe. Pour ces sujets, la formation en finances et en droit de l’IEP m’a été d’une aide précieuse.

En quoi consistent concrètement tes missions dans la logistique ?
Mes missions sont très variées. Elles couvrent à la fois un volet commercial, il s’agit de comprendre les besoins logistiques d’un client de façon à y apporter la meilleure solution, cela passe par des rencontres avec les directions supplychain des clients et prospects et par l’étude des appels d’offres. Les solutions offertes s’appuient le plus souvent sur nos propres capacités de production mais aussi sur des prestations complémentaires d’autres acteurs spécialisés sur une zone géographique ou savoir-faire particuliers. Le deuxième volet de mes missions consiste ainsi à travailler sur l’amélioration de l’outil de production, qui se traduit par la croissance des réseaux et plans de transport, l’accroissement des surfaces logistiques, la mise en place de système d’information permettant la traçabilité et l’amélioration de la productivité, par la constitution de solutions logistiques globales permettant l’optimisation de la supplychain de bout en bout. Il faut ajouter que la gestion est un point essentiel pour un manager dans la logistique, la concurrence est forte et le faible niveau de rentabilité ne laisse pas beaucoup de marge de manœuvre !

Quelle sera la prochaine étape ?
Je compte bien participer activement aux futures mutations du secteur et elles seront nombreuses. Les défis pour les prochaines années seront de différentes natures, ils toucheront aux évolutions des lieux de production et de consommation des marchandises sur la planète, ils seront fortement marqués par la nécessité de réduire l’empreinte carbone des opérations de transport, ce qui passera par des solutions innovantes favorisant notamment le report modal. Ils seront liés au développement des ventes par internet qui requièrent de nouveaux canaux de distribution. Ils évolueront enfin au rythme des innovations des systèmes d’information qui sont très structurants pour nos opérations. Sans compter que de nouvelles lois viendront très probablement aussi modifier nos environnements. En résumé, la logistique offrebeaucoup d’opportunités d’innovation, c’est extrêmement stimulant.

Quels conseils donner aux étudiants de l’IEP qui envisageraient une carrière dans la logistique ?
Soyez curieux de ce qui se passe dans le monde, la logistique est au service de toutes les industries et de tous les continents.Soyez internationaux, travailler les langues étrangères et confrontez-vous à d’autres cultures.Soyez créatifs mais sachez compter et aimer les chiffres.Comprenez que le succès des opérations logistiques repose beaucoup sur les hommes, il faut donc apprendre à écouter. Soyez prêts à travailler beaucoup et toujours en lien avec le « terrain ». Enfin n’oubliez jamais de prendre beaucoup de plaisir à ce que vous faites, mais là c’est un conseil général qui dépasse la logistique et que les étudiants auront découvert d’eux-mêmes pendant leur cursus à l’IEP…

 

Eric Peigné (EF 1989)
Afficher son courriel

 

25/11/13
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo