Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Administrateur des Finances Publiques Adjoint »

 

Xavier François KERVELLA (1995 SP)
Administrateur des Finances Publiques Adjoint

Je suis rentré à l’IEP de Grenoble (section service public) en accès direct en deuxième année, après une licence de droit privé. En troisième année, la proximité de l’IEP avec la faculté de droit m’a poussé à faire, en même temps une maîtrise de droit privé. A la sortie de l’IEP, je pensais encore m’orienter vers le diplôme d’avocat ou la magistrature, parcours balisé des étudiants en droit. J’ai donc complété mon cursus par un DEA de droit des contrats d’affaires. Au cours de cette année d’étude, je me suis rendu compte que je ne me voyais, finalement, ni avocat ni magistrat. A la fin des années 90, le marché du travail étant particulièrement morose, j’ai décidé de passer les concours du Trésor public et des Impôts. Tant qu’à être fonctionnaire autant que ce soit au ministère des finances.

Sur les concours eux-mêmes, il y avait, du moins dans ceux de catégorie A, une épreuve de culture générale. Inutile de dire que les ex-étudiants des IEP avaient un avantage comparatif indéniable par rapport aux étudiants des facultés de droit, sciences économiques ou encore d’AES. De même, les épreuves d’oral auxquelles nous étions si bien préparées n’étaient pour ainsi dire qu’une formalité. Ces qualités que nous avions acquises à l’IEP hier sont toujours l’apanage, aujourd’hui des élèves de l’IEP, je n’en doute pas, vu le nombre d’anciens élèves que je croise aujourd’hui à la direction générale des finances publiques (DGFiP – la DGFiP est née en 2008 de la fusion de la direction générale des impôts et du Trésor public).

A ma sortie de l’école nationale du Trésor public (1999), comme inspecteur du Trésor public, j’ai été affecté comme chef de service au service de la redevance audiovisuelle de Strasbourg. Deux ans plus tard, l’amour des concours administratifs aidant ( !) j’ai repassé le concours de l’école nationale des impôts pour en sortir en 2002, comme inspecteur-vérificateur.

15 ans plus tard, je mesure à sa juste valeur la diversité des métiers qu’offre la DGFiP et je lance un appel à nos jeunes amis qui sont actuellement élèves à l’IEP. Il n’y a pas que l’ENA dans la vie et si vous qui souhaitez intégrer la fonction publique de l’Etat, venez à la DGFiP ! Quelle administration peut se vanter d’offrir un éventail aussi riche de métiers, des perspectives de carrière aussi grandes et pourquoi ne pas en parler, des rémunérations attractives ? Qu’on en juge : en quinze années, j’ai pu être chef de service, vérificateur, professeur à l’école nationale des impôts (aujourd’hui école nationale des finances publiques - ENFiP), inspecteur principal à la direction générale (Bercy). Aujourd’hui, administrateur des finances publiques adjoint, je suis en charge, dans une direction de 300 personnes, des ressources humaines, du budget, de l’immobilier et de la logistique.

Vous qui vous demandez ce que vous allez faire une fois votre diplôme en poche, passez les concours de la DGFIP ! Encore une fois, la diversité des métiers (comptable public en charge de la gestion des collectivités locales, inspecteur-vérificateur, chef de service en direction etc…), l’étendue du réseau de la DGFiP (c’est une administration présente dans chaque département de métropole et outre-mer), les possibilités de carrière ne peuvent que m’inciter à encourager nos jeunes collègues à passer les concours de la DGFiP.

Alors à très bientôt, chers futurs collègues.

 

Xavier François KERVELLA
Afficher son courriel

 

04/01/2016
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo