Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Inspecteur de l’action sanitaire et sociale »

 

Hugo FAURE-GEORS, Inspecteur de l’action sanitaire et sociale (PPS 2012).

J’ai lu à de nombreuses reprises les différents portraits des diplômés que nous recevons régulièrement. La diversité des parcours et des carrières des anciens élèves de science po Grenoble représente toujours une découverte intéressante, c’est d’autant plus vrai quand on vient de mettre un pied dans le monde professionnel, ce qui est mon cas. Cela permet de faire un retour sur son propre parcours tout en découvrant les nombreuses possibilités que peut offrir une carrière.

Pour ma part, j’ai intégré l’IEP de Grenoble en 2007 directement après un Bac scientifique. Mon lycée étant classé en zone d’éducation prioritaire (ZEP), il a pu bénéficier du programme « démarche positive » de l’IEP de Grenoble. Il s’agissait d’organiser une petite préparation de quelques mois pour les élèves désirants tenter le concours de l’IEP. C’est donc en suivant les conseils d’un professeur de philosophie que je me lançais dans l’aventure.

Avec le recul, je mesure l’opportunité qui m’a été offerte. En effet, Sciences Po Grenoble m’a énormément apporté tant sur un plan professionnel que personnel. N’étant pas fixé sur mon choix de carrière, j’ai choisi mes cursus en fonction de mes appétences du moment. J’ai donc intégré la section politique et économie sociale (PES) puis le master Politique publique de santé (PPS).

Ce sont les différents stages que j’ai effectué durant les deux ans de master qui m’ont permis d’affiner mon orientation en découvrant des domaines passionnant. Ainsi, suite à un stage au sein d’une direction départementale de la cohésion sociale, puis au sein d’un hôpital psychiatrique et enfin dans un conseil départementale que je décidais de m’orienter vers une carrière dans la fonction publique, notamment dans le domaine du sociale et du sanitaire.

C’est en toute logique que j’ai intégré la Prep’ENA de Sciences Po Grenoble afin de préparer les concours sanitaire et sociaux (Inspecteur jeunesse et sports, Inspecteur de l’action sanitaire et sociale, Directeur d’hôpital, l’école nationale supérieure de la sécurité sociale…). Une année de Prep’ENA est particulièrement difficile, le travail y est intense et difficile. Toutefois, j’en garde un bon souvenir, l’ambiance entre les élèves était chaleureuse et la solidarité a rendu la préparation plus facile.

J’ai donc passé plusieurs concours et eu la chance d’en réussir plusieurs, notamment celui d’inspecteur de l’action sanitaire et sociale (IASS) qui était mon objectif initial.

En 2013, j’ai donc intégrer l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (EHESP) située à Rennes pour une formation initiale de 18 mois qui se complète une fois en poste par 6 mois de formation continue pour atteindre un total 24 mois de formation. L’EHESP est l’école nationale du Ministère de la Santé et des Affaires Sociales qui forme près de 13 corps de la fonction publique (directeur d’hôpital, directeur d’établissement sanitaire, social et médico-social, inspecteur etc.). La formation initiale de 18 mois des IASS est une alternance entre formation théorique à l’école et des stages au sein de nos futures administrations d’une grande variété.

En effet, les inspecteurs de l’action sanitaire et sociale peuvent évoluer dans l’ensemble des champs couverts par le ministère de la santé et des affaires sociales. En ce qui concerne le volet santé, les inspecteurs sont présents dans les Agences régionales de santé (ARS) sur des domaines variées tels que : la prévention-promotion de la santé, l’inspection-contrôle, l’offre de soins sanitaire et médico-sociale, le premier recours ou encore la veille et la sécurité sanitaire. Autant de domaines différents qui vont de la lutte contre les déserts médicaux à la gestion des crises sanitaires en passant par l’accompagnement des établissements et leur suivi financier. En résumé, les inspecteurs ont pour mission la mise en œuvre de l’ensemble des politiques publiques de santé.

Côté social, les inspecteurs évoluent au sein des Directions Départementales de la Cohésion Sociale (DDCS) ou des Directions Régionales de la Jeunesse des Sports et de la cohésion sociale (DRJSCS). Sous l’autorité des préfets, ces administrations ont pour mission la mise en œuvre des politiques sociales (inclusion sociale, la politique de l’hébergement et du logement, les demandeurs d’asile, la politique de la ville…).

Le dernier champ de compétence des IASS est en lien direct avec la sécurité sociale à travers la MNC (mission national de contrôle et d’audit). Il s’agit d’un service à compétence nationale rattaché au directeur de la Sécurité sociale pour contrôler et évaluer l’activité, le fonctionnement et l’organisation des organismes locaux de Sécurité Sociale.

Les inspecteurs de l’action sanitaire et sociale peuvent donc évoluer dans des champs de compétences divers et variés. Ce qui rend d’ailleurs ce métier passionnant et où il est difficile de s’ennuyer.

En ce qui me concerne, à la suite de ma formation à Rennes, j’ai été nommé à l’Agence Régionale de Santé d’Alsace dont le siège est situé à Strasbourg et j’y ai intégré le service des affaires financières. Une autre facette du métier d’inspecteur puisque mon service pilote l’ensemble des finances sur les différents champs de compétences de l’ARS (analyse des budgets des établissements de santé, financement d’association, étude de projet d’investissement, financement de campagne de prévention ou d’action de santé publique etc.).

Pour la suite ? Il est encore trop tôt pour le dire mais mon métier en tant qu’inspecteur m’offre de nombreuses possibilités et perspectives que je compte bien exploiter !

Revenir sur mon parcours pour l’Association des diplômés m’a permis de me retourner quelques instants sur le chemin parcouru jusqu'à maintenant, et je me rends compte aujourd’hui de l’importance de Science po Grenoble. Cette école m’a réellement apporté des bases solides en termes de compétences et de savoir, mais surtout, elle a élargi mon champ des possibles. Si j’avais donc quelques conseils à donner aux étudiants de l’IEP, je leur dirais de profiter au maximum de leur vie étudiante (qui est particulièrement dense à Sciences Po Grenoble) mais surtout d’exploiter toutes les possibilités offertes par l’IEP en saisissant toutes les opportunités !

Hugo FAURE-GEORS
Afficher son courriel


27/08/2015
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo