Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Bruno LONCHAMPT : auto-portrait »

 

Bruno LONCHAMPT (DESS Cadres Cult. Ter. : 1993)


Un parcours professionnel s’ancre dans un chemin de vie. Le mien commence avec des médecins qui alors que j’ai 7 mois annoncent à mes parents que je ne suis pas viable, les visiteurs dans mon enfance leur emboiteront le pas en demandant devant moi « croyez vous qu’il va grandir », puis mon premier instituteur (les médecin s’étant trompé) qui convoque mes parents pour leur dire que je ne ferai jamais d’études (j’irai jusqu’à BAC + 5 finalement).

Après un Bac philo latin mention très bien on me pousse vers hypokhâgne mais je ne veux pas devenir enseignant. Je veux « faire » « sciences politiques ». Le monde m’intéresse tout comme les mécanismes qui le régentent. Je ferai ainsi le diplôme à l’IEP de Lyon, puis après un service militaire en Allemagne une Maîtrise au Geschwister Sholl Institut à Munich, et, comme je pense à cette époque avoir un destin européen, le diplôme de l’Institut Européen des Hautes Etudes Internationales de Nice. Mais je n’obtiendrai pas le droit de me présenter à un concours ouvrant à un poste dans les institutions communautaires, et à ma question sur le nombre de points obtenus pour identifier les faiblesses la réponse tombera lapidaire : « les délibérations du jury sont secrètes ».

J’intégrerai donc la fonction publique territoriale, en devenant directement à 26 ans secrétaire général adjoint d’une commune de 30 000 habitants. Ce sera très formateur dans une équipe de direction générale composée de deux personnes et je toucherai à tous les secteurs.
Me sentant une appétence pour le secteur de la culture, domaine auquel j’ai eu accès très tard, j’ai suivi le DESS (on dirait aujourd’hui Master) direction de projets culturels de l’IEP et de l’Observatoire des Politiques Culturelles de Grenoble. Cela me permettra de devenir directeur des affaires culturelles de la Ville de Tours, responsabilité que j’assume encore actuellement.

Mon parcours ainsi résumé prouve que les obstacles de la vie peuvent être franchis et qu’il ne faut pas se décourager. Santé, portes ouvertes ou fermées, erreurs de diagnostiques professionnels, mauvais interlocuteur, origine familiale modeste, il ne faut jamais baisser les bras, il y a toujours sur le chemin une opportunité, des gens qui vous aident. L’école publique a été un soutien au départ, certains me disent que c’est l’exception, j’ose penser que non et que c’est possible.
Des années confinées de mon enfance pour raison de santé, j’ai gardé le goût de la lecture et de l’écriture, et j’ai gagné l’envie de me dépasser fréquentant par 13 fois l’Himalaya, ainsi que la Cordillère, les Rocheuses, comme les Alpes, les Pyrénées, et le Jura de mon enfance.
Mes objectifs ont été successivement rester en vie, puis faire ce que j’aime faire, sans plan de carrière. J’ai aujourd’hui 55 ans, ce qui est souvent encore une surprise et une petite victoire joyeuse de tous les jours.

J’apprécie de transmettre mon expérience, de réfléchir à haute voix avec celles et ceux qui cherchent leur voie. Alors n’hésitez pas, mon contact est là.

Bruno LONCHAMPT
Afficher son courriel

 

19/07/2013
      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo