Accueil | Contact |

Sciences PO Grenoble, 1er réseau,
après Paris, avec 13 500 diplômés !

 
IDENTIFIEZ-VOUS
Choisissez votre espace :
 
Espace diplômés
 
Espace étudiants
 
Espace pour les professionnels
 
 
Pas d'identifiant ?
Oubli de l'identifiant ?

 
Nos partenaires :

 

  « Les questions budgétaires à la Défense »

 

Jean-François POISSON (1995 SP)

Diplômé de la section service public en 1995, j’ai toujours eu comme objectif d’intégrer la fonction publique. J’ai donc logiquement suivi une préparation aux concours administratifs et intégré l’Institut régional d’administration de Nantes en 1999, après avoir effectué mon service national.

A la sortie de l’IRA, j’ai opté pour le ministère des finances que j’ai intégré en septembre 2000. Je suis resté huit années au sein de ce ministère, n’ayant pas souhaité immédiatement me replonger dans l’univers des concours. L’idée de présenter le concours de l’ENA m’est venue au cours de l’année 2007, en observant le parcours d’anciens collègues. Je me suis alors dit, pourquoi pas moi ?

Le marathon ne faisait que commencer, il allait durer quatre ans !

La première année, j’ai suivi une préparation au concours d’entrée à la PENA (année de préparation au concours d’entrée de l’ENA), avec des cours assurés à l’Institut de la gestion publique et du développement économique (IGPDE – centre de formation du ministère des finances) certains midi et soir. J’ai ensuite intégré la PENA, toujours à l’IGPDE, mais cette fois ci à plein temps. Cette année de préparation a été vraiment enrichissante. Je l’ai vécu sans stress car, dès le départ, je n’ai pas considéré le succès au concours d’entrée à l’ENA comme une question « de vie ou de mort ».

Il y a ainsi deux conseils que je peux adresser aux postulants au concours interne de l’ENA : éviter de se mettre une trop forte pression sur les épaules (il y a une vie en dehors de l’ENA) et axer ses efforts sur les épreuves écrites en rédigeant le maximum de notes d’entraînement (les épreuves orales sont trop aléatoires).

Sur la scolarité elle-même, si les cours sont de niveau inégal, les périodes de stages sont en revanche passionnantes : j’ai ainsi pu partager le quotidien de travail du secrétariat général de la commission européenne à Bruxelles, de la préfecture de la région Haute-Normandie à Rouen et d’une société spécialisée dans la production d’agro-carburants à Paris.

A la sortie de l’ENA, j’ai choisi de rejoindre le ministère de la Défense et de travailler dans le domaine budgétaire. J’occupe actuellement le poste d’adjoint au chef du bureau de la programmation et du pilotage budgétaire, au sein de la direction des affaires financières du secrétariat général pour l’administration.

Je n’ai pas regretté ce choix, la période étant particulièrement passionnante à vivre : je participe en effet aux travaux de préparation du livre blanc qui doivent ensuite déboucher sur la future loi de programmation militaire 2014-2019.

Le ministère de la Défense est un univers très attachant et la nature des sujets traités au sein du bureau me donne une vision globale des problématiques financières du ministère, et elles sont nombreuses du fait des masses de crédits en jeu et du contexte actuel des finances publiques. Le contact avec les militaires s’avère également très enrichissant.

Il s’agit donc clairement d’un ministère à découvrir et qui offre de nombreuses possibilités, que ce soit en tant que fonctionnaire, stagiaire (nous avons ainsi accueilli une élève de l’IEP de Lille) ou même en tant que contractuel.

Jean-François Poisson
Afficher son courriel

19/03/2013

      

index des portraits

Index des 217 portraits







 

 

 

  

 

 

Facebook LinkedIn Viadeo