ADSPO

 

 

 

« Doctorant-Chercheur »

 

Lucas BERARD (2016 - Tourisme) - Doctorant-Chercheur

Pourquoi Sciences Po Grenoble ?

J’avais initialement envisagé de préparer le concours d’entrée à Sciences Po Grenoble, parce que la diversité de l’enseignement correspondait à mon esprit curieux. C’est finalement vers la géographie que mon choix s’est porté, une discipline qui combine sciences physiques et sciences humaines. Une fois obtenue ma licence de géographie et d’aménagement à Institut d'Urbanisme et de Géographie Alpine, je suis entré à Sciences Po Grenoble en 4eme année dans le Master Tourisme dirigé par Louis Job. Avec un cursus axé sur la planification et l’aménagement du territoire, ce Master spécialisé m’ouvrait tout un champ de connaissances liées au monde du tourisme: comptabilité et gestion, droit du tourisme, l’action publique en matière de tourisme, droit du travail, marketing et promotion des destinations touristiques, sociologie du tourisme, politique de développement et géopolitique du tourisme…. De mes deux années à l’IEP, je retiens particulièrement les spécificités de l’économie du tourisme où les liens entre géographie et économie sont particulièrement affirmés : l’espace joue un rôle structurant dans l’économie touristique. J’ai aussi apprécié la qualité des intervenants rencontrés durant ma formation que ce soit les agents de la Sous-direction du tourisme du Ministère de l’Economie ou les responsables de grands groupes du secteur touristique (Compagnie des Alpes, TUI, Disneyland etc.)

Vers un parcours de recherche

Une fois diplômé de l’IEP, j’ai décidé de réaliser une année de formation supplémentaire en Master 2 à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne à l’Institut de Recherche et d'Études Supérieures du Tourisme (IREST) pour me préparer à un parcours de recherche universitaire. Je me suis spécialisé dans la géographie du tourisme. Une fois ce cursus terminé, je suis entré en relation avec ma directrice de thèse par l’intermédiaire d’un ancien élève du Master Tourisme de l’IEP. J’ai alors rapidement pu débuter ma thèse en janvier 2018. Je fais une thèse en géographie et mon sujet porte sur l’évolution des stratégies d’équipement en systèmes de neige de culture (aussi appelée neige artificielle) des stations de ski des Alpes françaises dans un contexte de changement climatique. Ce travail est mené en partenariat avec l’INRAE et le Centre d’Etude de la Neige de Météo-France, au Laboratoire des écosystèmes et des sociétés en montagne (centre INRAE de Grenoble). Cette thèse est en quelque sorte la synthèse de mon parcours universitaire entre tourisme et géographie. En parallèle de mon travail de recherche, je donne quelques heures d’enseignement à l’Institut d'Urbanisme et de Géographie Alpine sur les enjeux entre ressource en eau et sociétés humaines.

Pourquoi une thèse sur l’industrie du tourisme et notamment sur les stations de ski ?

Parce que je suis un skieur et snowboardeur invétéré ! Plus sérieusement, on constate un déficit de recherche en France sur la thématique des loisirs et du tourisme par rapport au monde anglo-saxon ; c’est assez paradoxale quand on sait que la France est la première destination mondiale, que le tourisme représente 8% du PIB national avec l’avantage d’être à la fois un secteur économique non-délocalisable et une activité qui participe à la mise en valeur et à l’attractivité des territoires. Si l’on souhaite encourager et agir sur ce secteur d’activité encore faut-il bien le connaître et le comprendre.

Quel regard portes-tu sur ta scolarité à Sciences Po ?

Je suis quelqu’un de très curieux, ma formation pluridisciplinaire à l’IEP m’a permis d’assouvir en partie mon insatiable curiosité tout en m’ouvrant d’autres horizons comme celui des questionnements de la recherche. Cette formation a aussi été l’occasion de développer des savoir-être essentiels dans le monde de la recherche : s’adapter aux attentes des structures scientifiques, aux méthodes et cadres de travail nouveaux, aimer sortir de sa zone de confort et ne pas avoir peur de se former. Ce sont des qualités essentielles à la fois pour répondre aux exigences de la recherche mais aussi pour être en capacité d’apporter des solutions aux problèmes complexes auxquels on doit faire face.


Quelles suites professionnelles une fois devenu docteur ?

Plusieurs options s’offrent une fois que ce travail de thèse sera terminé et mon doctorat validé: la poursuite dans le monde de la recherche avec un post-doctorat à l’étranger ou alors le conseil pour des entreprises du tourisme. Enfin les administrations – centrale ou territoriale - s’intéressent elles aussi aux compétences des docteurs. Je ne me ferme aucune porte pour l’instant.

Lucas BERARD
Afficher son courriel


 

07/04/2020

 index des portraits

Index des 345 portraits







 

NOUS SUIVRE :

 

  B.P. 48
38040 GRENOBLE CEDEX 9

  Tél.: 04.76.82.60.26

  Courriel : contact-anciens@iepg.fr

 

    Association des Diplômés de Sciences Po Grenoble © 2017 - Mentions légales

Site déposé à la CNIL sous n° 712940. - Fichier enregistré à la CNIL sous le n° 571998.