ADSPO

 

 

 

« CHERCHEUR ASSOCIE - ENSEIGNANTE EN SCIENCES DE L'EDUCATION »

 
Carole REYNAUD PALIGOT (1988 PO)

Quels souvenirs gardez-vous de Sciences Po Grenoble ?

J'ai beaucoup apprécié son enseignement pluri-disciplinaire. Je garde également le souvenir d'enseignants motivés, passionnants mais aussi d'une formidable amitié. Et un cadre magnifique, un décor de montagnes que de rares sites peuvent proposer en France.

A quel moment avez-vous choisi d'effectuer vos études à Sciences Po ?

Un peu tardivement, après avoir réussi une première année d'histoire à Lyon II. J'ai passé un bac scientifique au lycée de Bourgoin-Jallieu mais, depuis la classe de 3e, j'étais très intéressée par l'histoire contemporaine. Je suis issue d'un milieu populaire et lorsqu'il a fallut choisir une orientation, j'ai opté pour l'histoire plutôt que la sociologie car les débouchés semblaient incertain en sociologie alors que je pouvais devenir professeur d'histoire. J'avais une amie d'enfance qui avait intégré Sciences Po Grenoble et suivre des enseignements plus en prise avec la société contemporaine m'attirait beaucoup. J'ai donc choisi de passer le concours de l'IEP de Grenoble tout en continuant en parrallèle mes études d'histoire.

Quel était votre projet professionnel à l'époque ?

Lors de ma première année à Sciences Po, mon horizon des possibles s'est élargi. Le journalisme m'attirait parce que l'analyse de la société contemporaine m'intéressait mais ce n'est que lorsque j'ai effecuté mes premières recherches pour mon mémoire de l'IEP que ma passion pour la recherche s'est révélée.

Vous avez pourtant choisi un sujet loin de la société d'aujourd'hui ?

Il était en relation avec mon histoire familiale et ma politisation. Mes grands-parents étaient de modestes paysans, une de mes grands-mères avait été ouvrière dans une usine de textile du Dauphiné et j'étais fascinée par le mouvement anarchiste depuis mon adolescence. J'ai ainsi commencé mes premières recherches aux archives départementales sur la révolte à l'occasion du 1er mai 1890 à Vienne dans l'isère.

Votre passion pour la recherche ne vous a pas quitté depuis ?

Effectivement, j'ai décidé d'intégrer un DEA à l'EHESS avec un nouveau travail de recherches sur un hebdomadaire anarchiste, Les Temps Nouveaux, un journal très lié aux peintres néo-impressionnistes et aux poètes symbolistes. L'intéret pour les avant-gardes politique et artistique m'a conduit jusqu'aux surréalistes auxquels j'ai consacré ma thèse (Parcours politique des surréalistes 1919-1969, CNRS éditions, 1995, 2010). Puis dans le cadre de mon HDR, un autre vaste sujet de recherches s'est ouvert, celui de la racialisation des identités collectives aux XIXe et XXe siècles, il a donné lieu à la publication de trois livres et ce n'est sans doute pas fini... car le processus de racialisation est toujours opératoire dans les sociétés d'aujourd'hui.

Vos activités de recherche ne se limite pourtant pas à la publication de livres.

Evelyne Heyer m'a donné l'occasion d'être co-commissaire scientifique de l'exposition du Musée de l'Homme à Paris "Nous et les Autres. Des préjugés au racisme". Cette exposition a ensuite circulé en province. On a écrit ensemble un ouvrage destiné au grand public publié chez Flammarion (On vient vraiement tous d'Afrique ?, Champs, 2018) un projet de BD est en cours...

Vous avez aussi eu des expériences d'enseignement variées.

J'ai enseigné dans plusieurs universités françaises, dans des départements d'histoire, de sociologie, de sciences de l'éducation mais aussi dans les antennes parisiennes des universités américaines. Cela a constitué des expériences très formatrices.

 

Carole REYNAUD PALIGOT
Afficher son courriel


 

03/09/2019

 index des portraits

Index des 350 portraits







 

NOUS SUIVRE :

 

  B.P. 48
38040 GRENOBLE CEDEX 9

  Tél.: 04.76.82.60.26

  Courriel : contact-anciens@iepg.fr

 

    Association des Diplômés de Sciences Po Grenoble © 2017 - Mentions légales

Site déposé à la CNIL sous n° 712940. - Fichier enregistré à la CNIL sous le n° 571998.