ADSPO

 

 

 

« CONSULTANT »

 

Christian PROVOOST (1983 PS)

Plus qu’une carrière à l’étranger…

Je suis sorti de Science Po Grenoble en 1983. C’était juste avant un accident de voiture qui m’a permis de ne pas faire l’armée. Juste histoire d’anticiper la promesse jamais tenue de Mitterrand… “Avec Science Po, on peut tout faire…”, on m’avait dit. On va voir ca... J’ai donc commencé par entrer dans l’administration publique centrale à Paris après avoir réussi deux concours. Pas pour longtemps. Quelques mois seulement à tourner en rond au Ministères de la Défense (l’ancienne Sécurité militaire) puis de l’Intérieur. L’ennui. On me refuse mes demandes de congés. L’été qui se pointe. Je dis non, c’est pas pour moi, pas maintenant. Il doit y avoir quelque chose d’autre de possible après Science Po. Et me voila à passer voir MSF un soir après le boulot, et deux semaines plus tard, en juin 1986, je suis à Juba, au Sud Soudan, comme administrateur et logisticien pour les hôpitaux et les centres de santé les plus éloignés. Coluche vient de se tuer en moto. La France perd en coupe du monde. Mon père décède. J’apprends tout ca par la radio VHF.

Puis en 1987, c’est ACF, le Soudan à nouveau, les personnes déplacées qui meurent sur la route de l’exil, les inondations du Nil qui détruisent récoltes et stockes de nourriture. J’avance parfois comme dans un mauvais rêve, mais c’est mon rêve. Je me fais braquer une première fois. On est en 1988. Puis L’Erythrée, l’Ethiopie, le Kenya, l’Ouganda. Retour à Paris, travail au siège, missions de planification urbaine en Haïti, et je rencontre Sophie, ma future femme, à Quetta au Pakistan. Elle est sage-femme et aide les matrones Afghanes à mettre au monde les enfants de refugiés chassés par la présence Russe. Certains des nouveau-nés tourneront Taliban.

En 1991, je rejoins Handicap International à Lyon comme responsable de programmes pour la Corne de l’Afrique, puis re-départ, en 1991, en famille cette fois, à destination du Mozambique et pour 2 années. On adopte notre première fille, Nina. Elle vient d’Ethiopie. Les autres viendront du Cambodge. Avec Handicap, comme directeur pays, je découvre les mines anti-personnel et ses victimes, puis les enfants soldats et les anciens combattants dans leur lutte pour la réinsertion.

En 1995, on me propose de devenir représentant à Genève : les Nations-Unies à convaincre, les fondations à draguer. Apres des tentatives inabouties de projets en faveur d’anciens prisonniers politiques Palestiniens, nous partons pour Islamabad et Kaboul dès la victoire des Américains sur les Talibans en 2001. Je me spécialise alors dans la gestion des programmes contre les mines anti-personnel auprès des Nations-Unies (UNDP, UNMAS, UNOPS), au Pakistan, en Iran et en Afghanistan. C’est l’époque du retour des refugiés. Je quitte les Nation-Unies en 2002 et pars à Phnom Penh pour me mettre à nouveau au service de Handicap International, puis de Norwegian People’s Aid en Angola pour la même cause. Les problèmes de sécurité en Angola, nous font retourner au Cambodge où je suis embauché par la Commission Européenne, puis par l’Union Européenne dès la ratification du traité de Lisbonne en 2009. 12 années avec l’UE, au Cambodge puis au Népal jusqu’en 2018. On se pose. L’assistance aux gouvernements dans les secteurs de l’Education, des reformes institutionnelles, l’appui aux ONGs locales, les finances publiques.

Je me dis que Science Po m’a clairement apporté l’envie, et une certaine témérité de m’intéresser à tout cela. Un peu d’inconscience et d’improvisation aussi parfois ont été nécessaires pour finalement se faire reconnaitre, et imposer mon travail et mes convictions. Sophie et moi sommes maintenant mariés depuis 30 ans. 3 enfants adoptés venus de 2 continents.

Aujourd’hui, je me suis mis à mon compte. Je suis consultant indépendant. Nous vivons à Phuket d’où nous nous absentons le temps d’une mission de court terme au Cambodge, en RDC, au Congo-Brazza, en Somalie. J’assiste les ONGs dans leur travail d’évaluation de projets. J’apporte également mon expertise aux gouvernements dans leurs reformes, et aux délégations de l’Union Européenne qui les soutiennent dans le cadre de la programmation des initiatives de coopération conjointe de l’UE. Ca a l’air un peu compliqué, mais pas tellement en réalité. C’est juste histoire de continuer de rencontrer du monde et faciliter le travail à plusieurs.

 

Christian PROVOOST
Afficher son courriel


03/06/19

 index des portraits

Index des 342 portraits







 

NOUS SUIVRE :

 

  B.P. 48
38040 GRENOBLE CEDEX 9

  Tél.: 04.76.82.60.26

  Courriel : contact-anciens@iepg.fr

 

    Association des Diplômés de Sciences Po Grenoble © 2017 - Mentions légales

Site déposé à la CNIL sous n° 712940. - Fichier enregistré à la CNIL sous le n° 571998.